Accueil |L'Editorial |

Nos chouhada reviennent cette semaine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Recueillement. Comme chaque 18 février, nous célébrerons, après-demain, la journée nationale du Chahid. L'occasion de nous rappeler ce que nous devons au million et demi de martyrs qui se sont sacrifiés pour nous. Ils représentaient, à l'époque, plus du 10ème de la population algérienne. C'est la lourde facture qui nous a été imposée par la colonisation pour arracher l'indépendance du pays. Dans ce moment de recueillement, nous penserons que si, aujourd'hui, nous avons retrouvé notre dignité d'hommes et de femmes, si nous n'avons plus faim, plus froid, si nous avons accès à l'école, si nous vivons plus longtemps, si nous n'avons plus peur, si nous ne sommes plus exposés à la sauvagerie des envahisseurs, si nous habitons des logements décents, si beaucoup parmi nous ont pu s'enrichir, nous le devons à nos chouhada d'abord et avant tout. Aucun Algérien n'a le droit de l'oublier. En pensée bien sûr, mais pas seulement. En participant activement au développement de ce pays qu'ils chérissait jusqu'à «donner le meilleur d'eux-mêmes», c'est-à-dire leur vie, mais pas seulement. Ne pas les oublier c'est surtout protéger l'Algérie de tous ses ennemis qui, malheureusement, existent toujours. Pendant leur combat, nos chouhada et leurs compagnons moudjahidine ont eu à faire face à une armée des plus puissantes du monde, mais aussi à la trahison de certains des leurs que l'histoire retiendra sous le nom de harkis. Ces derniers ont trahi pensant ainsi avoir les bonnes grâces de l'occupant. On sait comment cet occupant les a traités une fois l'indépendance acquise. Ils ont commis l'erreur de leur vie en s'alliant avec l'ennemi. Aujourd'hui, tout cela fait partie de l'Histoire. A la différence toutefois, que l'ennemi a la dent dure. Il n'a jamais digéré sa défaite. Il est toujours à l'affût de la moindre faille pour «revenir par la fenêtre». Pour ceux qui n'en seraient pas convaincus, nous rappellerons les propos du porte-parole du sionisme international, le «Français d'Algérie» Bernard-Henri Lévy. «L'Algérie est un pays juif et français, sur un plan culturel...l'Algérie connaîtra elle aussi un printemps arabe», a-t-il «promis» à plusieurs reprises. Chacun sait que le véritable bourreau de la Libye, c'est lui et les milieux qu'il représente. Il est clair que tous les Algériens se lèveront comme un seul homme pour défendre leur pays. Contre tous nos ennemis. Au nom du serment fait aux chouhada!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha