Accueil |L'Editorial |

Bouteflika et la condition féminine

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Discernement. Dans son message aux femmes algériennes à l'occasion du 8 mars, le président Bouteflika a évoqué les marches qui ont lieu dans notre pays. Il commence par leurs aspects positifs. En premier lieu leur caractère pacifique. Ensuite vient la «maturité» des jeunes marcheurs. Ce qui confirme, enfin, précise le président, «que le pluralisme démocratique, pour lequel nous avons tant milité, soit désormais une réalité palpable». Cependant, il met en garde contre de possibles «infiltrations» d'éléments actionnés «de l'intérieur ou de l'extérieur... qui pourraient susciter la Fitna et provoquer le chaos avec tout ce qu'ils peuvent entraîner comme crises et malheurs». C'est pourquoi, le chef de l'Etat appelle les manifestants à la «vigilance» et à la «prudence». En effet, le risque zéro n'existe pas dans les mouvements de foule. Il est toujours très difficile de les sécuriser. Un simple mouvement de panique, comme cela a été démontré dans d'autres pays, peut engendrer de graves dégâts. Mais qui sont ces éléments qui pourraient s'infiltrer? «Nombreux sont les haineux à l'étranger à regretter que l'Algérie ait traversé...paisiblement et sereinement, la déferlante du printemps arabe. Ces cercles, qui nous envient notre liberté, l'indépendance de notre décision et nos positions justes, n'ont jamais cessé de conspirer contre notre pays» a encore précisé le président Bouteflika dans son message. Comme pour répondre aux voix qui ont voulu faire croire que «l'Algérie n'est pas la Syrie». Sous-entendus que nous sommes plus «forts» et «plus beaux». Les Algériens ne devraient pas oublier que «les flatteurs vivent aux dépens de ceux qui les écoutent». D'autre part, nous ne devons jamais sous-estimer les autres peuples. Les Syriens sont sortis pacifiquement, avec des roses, dans la rue. Ils ont été infiltrés. La suite tout le monde la connaît. Cela n'arrive pas qu'aux autres. Ceci étant dit, personne ne peut nier que la condition de la femme s'est nettement améliorée depuis le début du troisième millénaire. Citons les amendements du Code de la famille notamment ses dispositions sur la tutelle et la polygamie. Citons aussi le nouveau dispositif de la pension alimentaire avancée par le Trésor public à la mère divorcée. Citons enfin l'avancée de la femme dans l'espace politique. D'autres acquis restent à atteindre. Dans la stabilité et la paix. Les femmes en sont conscientes!

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha