Accueil |L'Editorial |

Propagande anti-algérienne

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Nouvelle étape. Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, les rues de la capitale ont connu une animation particulière. A bord de leurs véhicules, beaucoup d'Algériens ont convergé vers le centre d'Alger. Ils étaient venus vérifier une «info» faisant état de «l'encerclement de la capitale par la Gendarmerie nationale». Une fois s'être rendus compte que c'était une Fake News, ils ont posté sur les réseaux sociaux leur «promenade» pour prouver qu'il n'y avait ni gendarmes ni encerclement. Ces citoyens ont prouvé encore une fois leur grande vigilance et leur détermination à contrer les tentatives des agitateurs qui poussent au chaos. Quelques heures auparavant, la Dgsn a publié un communiqué dans lequel «elle tenait à rappeler, encore une fois, à l'ensemble des médias, tous secteurs confondus, ainsi qu'aux utilisateurs des réseaux sociaux, qu'elle se démarquait de toutes les informations qui ont été attribuées à ses services». Plus précise, la direction générale de la police a ajouté qu'elle démentait «les informations relayées à propos des chiffres fournis par des médias, nationaux ou étrangers, sur le nombre de participants aux marches dans la capitale, ce vendredi 29 mars 2019» fin de citation. Le démenti avait été rendu nécessaire suite à une dépêche de l'agence Reuters qui avait fait état de «tirs en balles de caoutchouc» par la police contre les manifestants de vendredi dernier. La même dépêche avait cité une «source policière» qui lui aurait confirmé que «le nombre de manifestants est d'un million pour la journée du 29 mars». Le journaliste de l'agence Reuters, un Tunisien, auteur de ces fausses informations a été expulsé, hier, vers son pays. Ce n'est pas la première fois que cette agence agit de la sorte contre notre pays. En janvier dernier, une de ses dépêches concernait «le refoulement (par l'Algérie) d'un bateau transportant du blé avarié». Un pur mensonge puisque le bateau n'a jamais quitté l'Argentine. C'est la transaction qui a été annulée suite à un contrôle effectué avant l'embarquement de la marchandise. Cette même agence qui qualifie les terroristes de Daesh de «militants» et de «combattants islamistes». S'ajoutent à cela les révélations du MDN, dimanche dernier, sur le «plan» que préparent «certaines parties...en vue de mener une campagne virulente contre l'ANP dans les médias et les réseaux sociaux». Que certains poussent le pays vers le chaos, ne fait plus aucun doute!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha