Accueil |L'Editorial |

Gaïd Salah au "pas de charge"

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Détermination. Comme on si attendait, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, est intervenu, hier, à partir de la 4ème Région militaire, sur la situation qui prévaut dans notre pays. Le ton grave, il a tenu à mettre les choses au clair. Et publiquement puisque le ministère de la Défense nationale a publié les principaux extraits de son intervention. Il reconnaît que «la situation prévalant au début de cette transition est exceptionnelle et complexe». Et qu'elle «ne peut perdurer davantage, vu que le temps nous est compté». C'est pourquoi, il se déclare réceptif à «toutes les perspectives possibles (qui) restent ouvertes afin de surpasser les difficultés et trouver une solution à la crise dans les meilleurs délais». Il a réitéré cette «offre» par deux fois dans son discours. C'est dire toute sa disponibilité au dialogue. Pour dit-il «servir l'intérêt suprême de la patrie, sans égard à l'intérêt des individus et que nous n'avons aucune autre ambition que celle de protéger la patrie, faire régner la sécurité et la stabilité et préserver l'image de marque du pays, comme l'auraient voulu nos vaillants martyrs et qu'Allah m'en soit témoin». Le ton grave, disions-nous, se retrouve tout au long de son intervention. Un ton qui reflète l'inquiétante situation que traverse le pays tant par la situation intérieure du pays que celle qui prévaut tout au long de toutes nos frontières. L'institution militaire est sur tous ces fronts à la fois. Un véritable défi que le général de corps d'armée ne sous-estime pas tout en se voulant rassurant. «L'Algérie est entre des mains sûres grâce à des hommes dévoués, prêts à défendre leur pays quel qu'en soit le prix» a-t-il précisé. Il y a une forte détermination dans cette affirmation puisqu'il n'hésite pas à revenir sur les accusations qu'il a faites le 30 mars dernier contre certaines «parties, à leur tête l'ex-chef du département du Renseignement et de la Sécurité (général à la retraite, Tewfik, Ndlr)» à qui il lance un «dernier» avertissement «s'il persiste dans ses agissements». Gaïd Salah n'oublie pas la lutte contre la corruption et demande à ce que «les instances judiciaires concernées accélèrent la cadence du traitement des différents dossiers concernant certaines personnes ayant bénéficié indûment de crédits estimés à des milliers de milliards, causant préjudice au Trésor public et dilapidant l'argent du peuple». Oui, notre armée est sur tous les fronts!

Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha