{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Après Singapour, San Francisco interdit la vente des cigarettes électroniques

San Francisco est devenue mardi dernier, la première grande ville américaine à interdire sur son territoire la vente de cigarettes électroniques, par un vote à l’unanimité de son conseil municipal. L’ordonnance met en avant la nécessité d’agir face à la «hausse impressionnante» du vapotage chez les jeunes qui a des «conséquences significatives sur la santé publique». Le texte adopté par les élus précise que pour être vendue à San Francisco - dans une boutique ou via Internet - une cigarette électronique doit au préalable avoir reçu le feu vert de la FDA, l’agence sanitaire fédérale, or cette dernière n’en a approuvé aucune jusqu’à présent. L’ordonnance s’applique aussi aux produits à base de tabac aromatisé, mais elle ne punit pas la possession ou l’usage de cigarettes électroniques, contrairement à Singapour qui a mis en place une interdiction stricte de ces produits, l’an dernier. Le nombre de jeunes Américains usant des cigarettes électroniques a augmenté d’un million et demi en 2018, mettant à mal des années de lutte contre le tabagisme dans les lycées et collèges. Les autorités sanitaires critiquent le leader du marché américain, Juul, dans laquelle Altria, le fabricant de Marlboro, a massivement investi, fin 2018.
San Francisco est devenue mardi dernier, la première grande ville américaine à interdire sur son territoire la vente de cigarettes électroniques, par un vote à l’unanimité de son conseil municipal. L’ordonnance met en avant la nécessité d’agir face à la «hausse impressionnante» du vapotage chez les jeunes qui a des «conséquences significatives sur la santé publique». Le texte adopté par les élus précise que pour être vendue à San Francisco - dans une boutique ou via Internet - une cigarette électronique doit au préalable avoir reçu le feu vert de la FDA, l’agence sanitaire fédérale, or cette dernière n’en a approuvé aucune jusqu’à présent. L’ordonnance s’applique aussi aux produits à base de tabac aromatisé, mais elle ne punit pas la possession ou l’usage de cigarettes électroniques, contrairement à Singapour qui a mis en place une interdiction stricte de ces produits, l’an dernier. Le nombre de jeunes Américains usant des cigarettes électroniques a augmenté d’un million et demi en 2018, mettant à mal des années de lutte contre le tabagisme dans les lycées et collèges. Les autorités sanitaires critiquent le leader du marché américain, Juul, dans laquelle Altria, le fabricant de Marlboro, a massivement investi, fin 2018.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours