{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Cette banque où le client est sans voix

En ces temps de crise sociale, l’économie ne peut prétendre au beau fixe si l’on en juge par le comportement perpétuel des employés de banque à l’égard de la clientèle. A la BNA de Port Saïd, non seulement ces attitudes perdurent, mais elles tendent à s’aggraver. Outre le fait que les retraits en dinars continuent depuis de nombreux mois à se faire dans des conditions lamentables, 90% des montants retirés étant constitués de billets crasseux, scotchés et tout droit sortis des caves dévorées par l’humidité, ceux du guichet devise sont tributaires de la (mauvaise) humeur de l’agent, teigneux et plein de morgue qui fourgue, selon la tête du client, les billets de 50 euros, « à prendre ou à laisser » ! C’est dire que le « client » en question n’a pas d’autre choix que de se résigner aux conditions établies par cet agent dont on imagine mal comment il pourrait postuler au sein de banques concurrentielles attachées au principe du respect de la clientèle. Il est vrai que ces établissements-là sont suivis pas à pas par leur hiérarchie…

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours