{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Canal+ s’associe à Netflix et menace la plate-forme vidéo française SALTO

Contre toute attente Canal+ s’est allié à Netflix dans une offre commerciale très importante sur le paysage audiovisuel français. À partir du 15 octobre 2019, les deux offres seront indissociables pour les nouveaux abonnés et le nouvel abonnement unique permettra de réaliser une économie de sept euros. Les anciens abonnés, quant à eux, auront le choix entre garder leur offre habituelle sans Netflix ou fusionner les deux abonnements, tout en réalisant une économie. Cette offre commerciale tue dans l’œuf l’opération Salto, la plate-forme que comptaient lancer TF1, M6 et France Télévisions et qui suscite l’inquiétude de certains distributeurs de télé. Netflix, qui compte désormais plus de six millions d’abonnés en France, s’associe à la première télévision cryptée d’Europe. Dès le 15 octobre prochain, Netflix débarque, en effet, dans le pack Canal Ciné et Séries, un bouquet qui sera commercialisé 35 euros par mois. Sur les 10 milliards investis dans le monde cette année, les médias français rapportent que la firme injecte actuellement 100 millions d’euros dans des contenus tournés en France. Netflix a une carte à jouer dans le pays : la Grande-Bretagne, pays qui a à peu près le même nombre d’habitants, compte en effet près de deux fois plus d’abonnés au service. Cette opération commerciale menace Salto, projet commun de plate-forme vidéo porté par France Télévisions, TF1 et M6, et dévoilé il y a plus d’un an, en juin 2018. Le 12 août dernier, l’Autorité de la concurrence a donné son feu vert sous certaines conditions pour éviter, avec cette union, tout abus de position dominante. Les restrictions que l’Autorité de la concurrence a fixées en ce sens concernent à la fois l’achat des programmes, la distribution et la publicité. Les trois chaînes françaises se sont engagées à limiter les possibilités d’achats couplés pour diffuser sur leurs antennes et sur Internet. De plus, Salto ne pourra pas proposer plus de 40 % de son volume horaire en contenus audiovisuels acquis auprès des maisons mères en exclusivité. Il sera également interdit à ces dernières de faire de la promotion gratuite pour Salto sur leurs antennes, dans cette bagarre entre les chaînes et les opérateurs télécoms, ces derniers ne voulant pas payer le signal. à la suite de négociations houleuses, TF1 et M6 ont réussi en 2018 à obtenir être rétribuées pour la diffusion de leurs chaînes par les opérateurs télécoms. Mais la guerre des groupes audiovisuels n’est pas terminée l’américain Disney lancera en novembre, aux Etats-Unis, sur le marché de la Svod (service de vidéo à la demande), Disney +, qui proposera ses productions, mais aussi celles de Pixar, de la franchise Star Wars, de National Geographic et de Marvel. Disney proposera même une offre groupée pour obtenir Disney +, Hulu, plate-forme de vidéo à la demande à la fois gratuite et payante, dont le groupe possède la majorité, et le service de streaming de sport Espn. Dans toute cette affaire, c’est le client qui aura le choix et restera roi.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours