{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La série «Gando» dévoile le James Bond iranien

La fiction fait parfois peur à la réalité. Diffusé pour la première fois le 8 juin sur la chaîne de télévision 3 de la République islamique d’Iran, «Gando» est inspiré de la série dramatique britannique «Spooks» de 2002 et suit le travail d’un groupe d’officiers du ministère du Renseignement iranien. Toutefois, contrairement à son modèle britannique, qui décrit systématiquement les dilemmes moraux auxquels sont confrontés les officiers du MI-5, les agents des services de renseignement iraniens ne doutent jamais de l’infaillibilité de l’organisation, sans parler du régime, qu’ils servent.
Tenez compte de la distribution des personnages: le brave agent de renseignement Mohammad et sa fascinante collègue, Mme Fahimi, chassent les espions sous la conduite de leur supérieur acéré et stoïque, Hossein. Dans cette tâche, ils sont aidés par des geeks de l’ordinateur, des informateurs et d’autres membres craignant Dieu, pieux et patriotes du public iranien. Les ennemis sont tout aussi clairement identifiables: Michael Hashemian est un journaliste américain du Washington Post, Jason Rezaian, double marchand irlandais de tapis, qui a passé 18 mois en prison pour espionnage. Parmi les autres antagonistes et espions figurent un critique de théâtre, un professeur de journalisme, un peintre, un photographe, un activiste de l’environnement, un médecin généraliste, un importateur de composants électroniques et un touriste britannique. Les petits ennemis incluent les aqazadehs ou les princes corrompus, qui, égarés par la cupidité, trahissent les idéaux révolutionnaires de leurs parents et s’écartent du chemin du salut. Les membres élégamment vêtus de l’intelligentsia iranienne, qui personnifient les traîtres, et leurs commanditaires dans les services de renseignement américains, britanniques et français, ne peuvent, bien entendu, pas rivaliser avec les agents omniprésents et omniscients du ministère du Renseignement iranien. En exploitant les téléphones, en piratant les profils Facebook, en utilisant des drones espions et en observant physiquement les espions, le ministère du Renseignement gagne toujours. Traîtres et espions se heurtent encore et toujours au centre de détention du ministère du Renseignement avec un caractère de «grand inquisiteur» et confessent leurs crimes. Les accusations portées contre des classes sociales entières, y compris des insinuations et des calomnies à l’encontre de responsables iraniens et de leurs proches dans «Gando», ont des implications politiques réelles.
Certains rapports prétendent que le président iranien Hassan Rohani est intervenu et a apporté des changements mineurs au 13ème épisode de la série. Le personnage de fiction, Sima Azizi, qui, dans la série est dépeint comme le neveu du président, ressemble à Esmaeel Samavi, le neveu de Rohani, qui avait été accusé d’espionnage, il y a quelques années. Après l’intervention supposée de Rohani, le personnage fictif a été présenté dans la série comme étant «le neveu d’une des autorités».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours