{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Palais de la culture

L’Histoire au cœur de la Seconde Guerre mondiale

«Lutte et souffrance… Polonais, Algériens, Alliés, unis contre le totalitarisme» est le nom de cette expo qui se tient en ce moment.

A l’occasion des 80 ans du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, une grande exposition se tient actuellement au Palais de la culture Moufdi Zakariya. « Lutte et souffrance »… Polonais, Algériens, Alliés ; unis contre le totalitarisme » est son nom. Elle est déclinée en plusieurs panneaux descriptifs accompagnés de photos illustratives. « Plusieurs nations ont lutté et ont souffert pendant la Seconde Guerre mondiale, leur contribution à la victoire sur le nazisme est indéniable. Mais est-ce que leur mémoire est proportionnelle à leur sacrifice ? » Après 80 ans, qui se souvient aujourd’hui des soldats grecs, des partisans serbes, des aviateurs sud-africains, des marins et des aviateurs polonais ? Ou bien des tirailleurs algériens qui se comptaient par milliers et qui se sont battus pour la cause juste en Tunisie, en Belgique, en France et en Italie et ils ont perdu leurs vies pour la libération de ces pays.
Ces héros de l’ombre
Ces soldats inconnus ou plutôt « non –dits » n’ont pas été présents pendant plusieurs grandes célébrations concernant la commémoration de la Seconde Guerre mondiale. Les soldats, les héros invisibles et oubliés. Les Algériens et les Polonais unis dans leur combat contre le totalitarisme ont été manipulés et exploités par les grands acteurs de la scène mondiale et, ont été soumis à la dominance coloniale –c’est le cas des Algériens massacrés en 1945, qui ont été enfermés dans le bloc soviétique et privés de leurs libertés pendant un demi-siècle –c’est le cas des Polonais trahis à Yalta. Mais nous, et pour nous la liberté est sainteté, nous ne remettons jamais en question la participation aux batailles de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi pouvons-nous lire sur le grand panneau de présentation de cette exposition organisée par l’ambassade de Pologne, conjointement avec le ministère de la Culture en présence du représentant diplomatique accrédité en Algérie de la République de Pologne, Witold Spirydowicz.
55 millions de morts
D’ailleurs ce dernier, lors du vernissage n’a pas manqué lors de son discours de bienvenue de rappeler que «la Seconde Guerre mondiale, qui a duré 6 ans, a provoqué la mort de 55 millions d’êtres humains, la destruction totale de plusieurs villes en Europe et du monde». Et de souligner avec acuité : «On peut dire, sans exagérer, qu’il s’agissait d’un cataclysme humain, d’une destruction des valeurs humaines». Et de renchérir : «La catastrophe de la Seconde Guerre mondiale et toutes les tragédies individuelles de cette guerre devraient être pour nous une grande leçon, qu’on ne peut jamais oublier.» Il n’omettra pas de citer le cas «des Algériens massacrés en 1945, qui ont été enfermés dans le bloc soviétique et privés de liberté». Witold Spirydowicz a fait savoir d’ailleurs qu’ « Au cimetière militaire de Monte Cassino, reposent les héros tombés au feu, unis par l’idéal de lutter pour la liberté et la nôtre, qui inclut non seulement l’amour pour sa propre patrie, mais également la sollicitude pour l’indépendance politique et spirituelle d’autres nations.»
Le soutien de l’Algérie
Ainsi, cette exposition non seulement évoque l’histoire de la Pologne du totalitarisme jusqu’à l’avènement de la démocratie, mais permet de réhabiliter aussi à notre mémoire tout ces héros de la Seconde Guerre mondiale, peu ou pas connus, notamment ces Africains dont beaucoup ont permis de chasser le nazisme avant de voir leur pays colonisé après par la France... O.H.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours