{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bouzeguène

Le festival Raconte-arts atteint sa vitesse de croisière

Les festivaliers quant à eux se sont mis dans le bain et ont été émus par l’accueil.

Le festival Raconte-arts, dans sa seizième édition, se poursuit dans une ambiance festive et bon enfant, au village Sahel dans la commune de Bouzeguène, à soixante-cinq kilomètres au sud-est du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. Depuis le premier jour du festival, vendredi dernier, l’affluence du public n’a cessé de croître de jour en jour pour atteindre un pic durant la journée de dimanche dernier. En plus des citoyennes et des citoyens qui proviennent des quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou, nous avons constaté une forte présence de visiteurs venus d’Alger mais aussi d’autres wilayas comme Bouira, Béjaïa, Boumerdès, Tipasa et Oran. Les festivaliers quant à eux se sont mis dans le bain et ont été émus par l’accueil des plus chaleureux qui leur a été réservé particulièrement par les habitants du village Sahel dont la générosité n’est un secret pour personne. C’est donc tout naturellement que cet accueil a revigoré et donné plus d’énergie aux festivaliers pour donner le meilleur d’eaux-mêmes lors de leurs prestations. C’est le cas notamment de la forte délégation venue de la wilaya de Ghardaïa. Les participants de Ghardaïa sont venus présenter leurs performances dans le domaine de la poésie, de la chorale et de tout ce qui a trait à la culture amazighe dans la variante mozabite. Des membres de la délégation tunisienne ont été aussi impressionnés et agréablement surpris de l’accueil qui leur a été réservé au village Sahel. Concernant les activités culturelles quotidiennes qui ponctuent ce festival, il faut préciser que dimanche dernier, le public a eu droit à un riche programme puisque pas moins de cinq écrivains ont animé des conférences-débats et des tables rondes à l’instar de : Slim Faudel, Djamel Mati, Leila Hamoutène, Mohamed Mebtoul et le linguiste Ramdane Achab. Par ailleurs, le public a eu droit également à un spectacle artistique intitulé «Tagrawla et tileli» (Révolution et liberté». Dans la soirée, de nombreux artistes en herbe ont animé un gala artistique à partir de 23 heures. Dans la matinée d’hier, l’écrivain Lazhari Labtar a animé une table ronde pour présenter son livre intitulé «Laghouat, la ville assassinée ou le point de vue de Fromentin». Lazhari Labtar n’était pas seul lors de cette rencontre littéraire puisque de son côté, l’auteur Youcef Younsi a parlé de son ouvrage «Cendres froides» tandis que l’écrivain Slimane Sadoune a parlé de son livre «Fadhma N Werdja». «La réhabilitation de l’image des architectes de terre au service de la préservation du patrimoine algérien» est le thème de la communication que devait donner l’universitaire Yasmine Terki avant qu’une table ronde ne prenne le relais. Cette dernière devait avoir lieu à 18 heures à la placette du village et devait avoir pour thème le statut de la langue amazighe, état des lieux. Elle devait être coordonnée par l’écrivain et professeur à l’université de Tizi Ouzou Hacène Helouane. En soirée, les organisateurs ont prévu un spectacle de chants à la salle des sports, un spectacle de théâtre «L’envol des Cigognes» ainsi qu’une soirée artistique. Aujourd’hui, mardi 23 juillet, les visiteurs pourront assister, dès 10 heures, à la fameuse rencontre quotidienne «un auteur, un livre» avec la participation des écrivains Djamila Lounis-Belhadj, Farida Saffidine et Sadia Tabti. Ces trois auteures présenteront leurs ouvrages : «La femme en clair obscur», «Voix de femme» et «Comme un comme une». Quant au célèbre journaliste et écrivain Arezki Metref, il animera une conférence à 17 heures sur le thème de «Louise Michel, combattante en faveur des opprimés, communards, Kanaks, Kabyles». Il y a lieu de préciser, enfin, que le festival Raconte-arts se poursuivra jusqu’à vendredi prochain.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours