{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La magie des Verts

Ils l’ont fait ! Ils l’ont ramenée au pays, cette deuxième coupe d’Afrique des Nations qu’on a attendue si longtemps. La fièvre qui s’est emparée du pays, oublieux des marasmes de la crise pour un temps, est à la mesure de l’immense fierté retrouvée grâce au combat des Guerriers du désert et de leur coach Djamel Belmadi. Rendons à Jules ce qui appartient à César. Le quotidien français Le Parisien, friand de cocoricos, a cru bon de relever que 14 des 23 joueurs qui composent la sélection nationale sortent des centres de formation de l’Hexagone. Il a, dans cette démarche très orientée, oublié l’entraîneur qui est également un natif de Champigny-sur-Marne et qui a grandi dans l’ambiance particulière de la communauté algérienne des années 80. Des années où l’attachement au pays et au peuple était un vrai sacerdoce. Cela dit, je ne vois pas pour quelle raison il faudrait nier une telle évidence et crier au loup, sous prétexte que Le Parisien aurait des arrière-pensées. A contrario, le fait que 14 des joueurs de l’équipe nationale soient issus de la communauté en France a de quoi accroître la fierté du peuple algérien qui a salué leur abnégation et leur engagement total. C’est cela, l’important. Tout le reste n’est que littérature.
Le parcours de Belmadi et de son équipe resteront dans les annales du football algérien, tant ils auront réussi là où personne ne les attendait. Le blason des Verts est désormais étincelant, après une longue traversée du désert, même si des moments prometteurs avaient laissé entrevoir, lors de la CAN en Angola ou de la Coupe du monde 2014, quelques lueurs d’espoir. Le magicien qui a donné au Qatar ses premières coupes du Golfe et de l’Asie de l’Ouest a eu une influence magique sur tous les joueurs dont bon nombre sont imprégnés de résolutions identiques, pour avoir connu le même parcours que lui. En cette phase cruciale pour le devenir du pays, confronté à une mobilisation qui perdure alors que la recherche de dialogue peine à s’affirmer, les Verts, entraîneur, joueurs et staff technique confondus, ont apporté du baume au cœur de leur peuple, toujours enclin à les encenser. Ainsi, ils ont bien mérité de leur pays, celui qui vit au plus profond de leur âme, n’en déplaise aux nervis du Rassemblement national et autres courants pris en flagrant délit de surenchère extrémiste. Ceux-là peuvent aboyer tant qu’il leur sied, ils n’empêcheront pas le monde de tourner.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours