{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un élu dépité

A quoi peuvent rimer ces cris de vierge effarouchée, lancés ici et là, parce que le député du parti du Front de libération nationale (FLN) pour la wilaya de Annaba, Bahaeddine Tliba, refuse de renoncer à son immunité parlementaire ? « Hadj Baha », comme l’appellent, affectueusement, mais avec une pincée d’ironie, les Annabis, réclame le respect des dispositions réglementaires pour la levée de son immunité par l’Assemblée populaire nationale (APN). C’est là, objectivement, son droit. Qu’on soit irrité par son attitude importe peu. La loi, c’est la loi. Elle doit donc suivre son cours, quitte à déplorer le manque de courtoisie du député dont beaucoup supposaient, au vu des images flatteuses parues dans les médias quand il était au faîte de son action militante, qu’il ne pouvait être qu’un gentleman farmer. Il faut dire que, si l’on n’a pas connu, visiblement, les personnages qui ont arpenté, et arpentent toujours, les étages du siège du parti du FLN, à Hydra, on ne peut mesurer correctement les qualités des uns et des autres, majoritairement rompus aux conditions définies par le clan Bouteflika, en termes de servitude et d’absence totale d’état d’âme. La politique, a dit un maître en la matière, est l’art du mensonge, de la traîtrise et de la soumission conjuguées.
Le vice-président de l’APN, Bahaeddine Tliba, n’est pas né de la dernière pluie politique et électorale. Il a suivi patiemment, méthodiquement et triomphalement, au bout du compte, un parcours d’obstacles digne d’un authentique combattant du désert, même s’il est natif des environs de Annaba où sa famille a débarqué, au lendemain de l’indépendance, sous l’effet du vent du Sud. Comme beaucoup d’autres avant lui, Tliba a travaillé dur, avant de s’asseoir bruyamment sur un matelas de dinars et de devises, si confortable qu’il lui a ouvert la voie royale du comité central du parti du FLN, grâce à la bénédiction seigneuriale de Abdelaziz Belkhadem. De député d’un parti croupion, créé de toutes pièces, il a émergé, telle la face visible de l’iceberg, jusqu’à devenir un acteur de poids au sein de l’Assemblée nationale. Celle-ci est donc interpellée par la Justice pour une levée de son immunité parlementaire et Dieu sait combien la tâche sera lourde. Si Tliba refuse de rendre le bouclier, il appartiendra à ses pairs d’en décider à sa place et, qu’on le croit ou non, le sacrifice sera de taille, d’un côté comme de l’autre. Rappelons, cependant, que, jusqu’à preuve du contraire, Tliba est, comme n’importe quel prévenu, innocent tant que les charges retenues contre lui n’auront pas été concrètement prouvées.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours