{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Syrie : découverte d'une grotte érigée en « base militaire » par des terroristes

L'armée syrienne a découvert une grotte près de la ville de Khan Cheikhoun, récemment libérée, dans la province d'Idlib, qui a été utilisée par les terroristes comme une "grande base militaire", ont rapporté mardi des médias locaux. "Nos soldats ont découvert cette grotte après la libération du sud de la province d'Idlib, qui a eu lieu fin août. Outre le fait qu'elle soit une puissante zone fortifiée, cette grotte servait comme un lieu de stockage d'armes diverses, de tenues de combat, de masque à gaz, ainsi que des
munitions, a déclaré une source de l'armée syrienne citée par l'agence Sputnik. D'une superficie d'environ 10 000 M², cette grotte dispose d'un vaste système de tunnels, d'un poste de commandement avec une carte de la ville de Khan Cheihoun et du village de Morek, d'un hôpital de campagne et de dortoirs, a ajouté Sputnik. La source militaire a indiqué à l'agence russe que chacun des tunnels faisait au moins 200 mètres de long, précisant que les terroristes ont miné, avant leur départ, le site à la hâte. Cette grotte aurait pu être utilisée, a-t-on souligné, par les agents de Casques blancs, une ONG soupçonnée d'être liée à des groupes terrorsites,
pour la réalisation de vidéos montrant des attaques chimiques organisées pour accuser es forces gouvernementales syriennes. En août dernier, l'armée syrienne avait mené une opération militaire au cours de laquelle elle a libéré des zones des provinces de Hama et d'Idlib contrôlées par des groupes armés depuis 2014, notamment la ville stratégique de Khan Cheikhoun et l'accès à l'autoroute reliant Damas et Alep. Le 4 avril 2017, l'opposition syrienne avait annoncé que plus de 80 personnes avaient été tuées lors d'une attaque chimique à Khan Cheikhoun, en accusant le gouvernement syrien. Malgré le démenti apporté par Damas à ces accusations sans fondement, les Etats-Unis avaient effectué trois jours plus tard des frappes sur la base aérienne de Chayrat contrôlée par le gouvernement syrien. Après la libération de Khan Cheikhoun, l'armée syrienne envisage de mener une enquête approfondie sur la prétendue attaque chimique utilisée comme prétexte pour des raids américains sur la base aérienne Chayrat.


De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours