{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Arabie saoudite–Etats-Unis

Mike Pompéo parle de l’Iran avant de nouvelles sanctions

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo discutait, hier, à Jeddah avec les dirigeants saoudiens de la crise avec l’Iran, quelques heures avant l’annonce par les Etats-Unis de nouvelles sanctions «majeures» contre Téhéran, leur ennemi commun. Les tensions se sont intensifiées avec des attaques d’origine inconnues contre des pétroliers dans le Golfe, les 12 mai et 13 juin, imputées par Washington à Téhéran qui a démenti. Et elles ont été encore exacerbées avec la destruction le 20 juin par un missile iranien d’un drone militaire américain. Cheville ouvrière de la politique américaine de «pression maximale» contre Téhéran, Mike Pompeo a rencontré à Jeddah (ouest de l’Arabie saoudite) le roi Salmane, avant de s’entretenir avec le prince héritier Mohammad ben Salmane, selon des responsables américains.»Vous êtes un cher ami», lui a dit le roi Salmane dont le pays est un proche allié de Washington et grand rival régional de l’Iran.»Nous allons parler de la manière de nous assurer que nous sommes tous sur la même ligne ainsi que de la manière de mettre en place une coalition mondiale» sur l’Iran, a dit avant de quitter Washington M. Pompeo qui doit ensuite se rendre aux Emirats arabes unis.»Nous mettons en place des sanctions supplémentaires majeures contre l’Iran lundi», a tweeté le président américain Donald Trump samedi. «L’Iran ne peut pas avoir d’armes nucléaires!». Dans ce contexte de vives tension régionales, un ancien conseiller militaire américain, Mike Mullen, a averti que «les choses devenaient incontrôlables». «La dernière chose au monde dont nous ayons besoin, c’est d’une guerre avec l’Iran.»

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours