{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Important mouvement diplomatique

Au nom de la rupture

Le plus remarquable est la place accordée aux femmes, dont bon nombre se retrouvent dans les consulats généraux et consulats d’Europe, notamment. Il s’agit là d’une nette rupture avec les mouvements antérieurs.

En procédant à un important mouvement diplomatique, très attendu depuis de nombreux mois, le chef de l’État, Abdelkader Bensalah, a signifié une rupture franche avec la méthode Bouteflika puisqu’en ce jeudi 22 août les changements ont concerné aussi bien les postes d’ambassadeurs que ceux des consuls généraux et consuls. Le départ de certaines figures comme Abdelkader Mesdoua, nommé à Paris il y a de cela un an et des poussières, et plus encore celui de Abdelkader Hadjar, l’inamovible diplomate qui a voyagé sans cesse entre Téhéran, Le Caire et Tunis pendant deux décennies, constituent à bien des égards une surprise éloquente. Mesdoua a été rattrapé par ses déclarations à l’emporte-pièce, lors d’un entretien sur la chaîne TV Cnews, en mars dernier, quand il assuma un rôle surprenant de héraut contraint et forcé en défendant le 5ème mandat, pourtant vilipendé depuis deux semaines déjà. Remplacé par Azouz Baalal, Hadjar dont la réputation s’est construite autour du « coup d’Etat scientifique » qui mit à bas le FLN passé à l’opposition sous la férule de Abdelhamid Mehri, a œuvré richement au renforcement des liens entre le régime d’El Gueddafi et la présidence de Chadli Bendjedid, avant de s’investir dans une non moins riche épopée diplomatique qui dura, excusez du peu, presque trois décennies ! Mais le plus remarquable dans ce mouvement diplomatique est sans conteste la place qui est accordée aux femmes, dont bon nombre se retrouvent dans les consulats d’Europe, notamment. Force est de reconnaître qu’il s’agit là d’une nette distanciation avec les listes antérieures, où n’apparaissaient que rarement et même incidemment une ou deux récipiendaires, tout au plus. Pourtant, le corps diplomatique recèle à n’en point douter d’innombrables postulantes qui attendent avec une impatience légitime que leur soit consentie une reconnaissance de leur mérite et de leur compétence. Parmi les nouveaux promus, on notera Abdelaziz Ben Ali Chérif, ancien porte-parole des affaires étrangères, nommé au Maroc en remplacement de Ahmed Benyamina, en poste depuis 2010, Laâdjouzi Mohand Salah en Égypte et auprès de la Ligue arabe, Toufik Milat, en Espagne, Abdelkrim Touahri, aux Émirats arabes unis, et Ahmed Boutache, en Italie. Sofiane Mimouni est nommé aux États-Unis, notre ami Mohamed Meziane au Mozambique ou encore Abderahmane Ben Garah, au Royaume-Uni. De nombreux autres ont été affectés en qualité de consuls généraux et consuls comme Mhila Messaoud à Djedda, en Arabie saoudite, Mounia Laoualalen à Barcelone, Hayet Maouche à Pontoise, Nekhla Kechacha à Metz… sans doute, ces nominations ont été mûrement réfléchies à l’aune des évènements intervenus depuis le 22 février dernier, avec la chute brutale de la Maison Bouteflika. Sachant qu’une liste était en souffrance depuis l’été 2017 et qu’elle ne constituait guère un sujet de préoccupation pour les conseillers du président malade, on imagine qu’elle a été dépoussiérée par le nouveau chef de la diplomatie Sabri Boukadoum, avant d’être soumise au verdict de la tutelle politique. Toujours est-il que les mécanismes et les garde-fous qui président à ce genre de nominations n’ont certainement pas changé puisqu’au final, la doctrine de la diplomatie algérienne est immuable et ses objectifs parfaitement connus et reconnus. Héritière de la diplomatie de feu durant la guerre d’indépendance, elle privilégie d’abord et surtout le soutien constant et inconditionnel aux mouvements de libération des peuples encore opprimés, au premier rang desquels le peuple palestinien et le peuple sahraoui parmi tant d’autres causes justes de par le monde. Souveraine et pacifique, l’Algérie est sur ce plan à l’avant-garde des politiques de réconciliation nationale, convaincue que seul le dialogue sans exclusive peut conduire à une solution durable et fructueuse des conflits.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours