{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Recevant Karim Younès

Benflis pose ses conditions

Le président de Talaie El Hourriyet reste convaincu que l’organisation d’une élection présidentielle reste «la voie la plus réaliste ».

La position de Ali Benflis est connue. Il l’a réitérée hier, lors de sa rencontre avec Karim Younès et les membres du panel de dialogue et de médiation. Le président de Talaie El Houriyet a mis en avant l’attachement de son parti au dialogue national comme instrument privilégié de règlement de la crise de régime, ne manquant pas d’apporter son soutien au Panel dans sa démarche. Pour l’ex-chef du gouvernement le dialogue doit satisfaire «les demandes légitimes de la révolution démocratique pacifique qui vont dans le sens de la nécessaire modernisation politique du pays et de la transformation de l’Etat national en Etat de droit».

Ali Benflis reste convaincu que l’organisation d’une élection présidentielle reste «la voie la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social». Il pose cependant, des conditions. En premier, Ali Benflis insiste sur «la création d’un environnement apaisé pour le succès du scrutin par l’adoption de mesures de confiance et d’apaisement». Il revient à la charge en appelant au «départ du gouvernement en place, devenu un facteur important dans l’impasse actuelle».

En ce qui concerne les conditions politiques, institutionnelles et légales, Benflis s’attend à la création d’une «autorité électorale indépendante ad-hoc» qui aura à préparer, organiser et contrôler le processus électoral présidentiel électoral depuis la révision des listes électorales jusqu’à la proclamation des résultats. Il demande enfin la révision de la législation électorale actuelle «pour supprimer les niches de la fraude, combler les lacunes, revoir l’architecture de l’encadrement du processus électoral, lever les entraves au libre choix de l’électeur et garantir un scrutin impartial, régulier et transparent». Enfin, Ali Benflis a affiché son adhésion à l’idée d’un mandat de transition.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours