{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tout en soutenant la démarche du panel

Benflis pose ses conditions

Pour ainsi dire, Benflis partage et soutient d’emblée la démarche du panel qui a trait aux finalités du dialogue national.

Karim Younès a rencontré, hier, au siège de Talaie El Hourriyet le président dudit parti, à savoir Ali Benflis dans le cadre des consultations lancées par l’instance. La rencontre a été caractérisée par «l’entente et les avis partagés sur l’essentiel quant à une sortie de crise politique», a rétorqué l’ex-président de l’Assemblée populaire nationale.
Karim Younès était très laconique quant au déroulement de la rencontre avec le président du Talaie El Hourriyet, expliquant que le concerné aura à expliquer la démarche et les points communs qu’il partage avec l’Instance nationale de dialogue et de médiation.
Dans ce sens, Ali Benflis a souligné à ce propos que «la rencontre a eu pour objet de permettre un large échange de vues autour de la démarche du dialogue national, du cadre dans lequel il s’inscrit et des objectifs qu’il se fixe», et d’ajouter « durant cette rencontre, a été également abordée l’option de la tenue d’une élection présidentielle et des modalités de l’organisation d’un scrutin irréprochable et irrécusable qui recueille l’adhésion populaire, comme prélude à la solution de la crise», a-t-il précisé.
Benflis a précisé que son parti réitère le ferme attachement au dialogue national comme instrument privilégié de règlement de la crise de régime actuel. Il a assuré dans le même sillage «la délégation du panel de sa pleine disposition à contribuer à toute initiative ayant pour but d’offrir au pays une voie de sortie de crise rapide et définitive», a mentionné le président de Talaie El Hourriyet, Ali Benflis.
Pour ainsi dire, Benflis partage et soutient d’emblée la démarche du panel qui a trait aux finalités du dialogue national. Mais Benflis clarifie que la démarche de dialogue doit être « rassembleuse et qu’elle vise la convergence des efforts de la révolution démocratique pacifique, de la société civile, des mouvements estudiantin et syndical et des forces politiques à l’effet de surmonter l’impasse politique actuelle, d’écourter la durée de la crise et d’éviter au pays les menaces et les dangers que peut contenir son prolongement », a-t-il expliqué.
Le président de Talaie El Hourriyet a abondé aussi dans le sens qui sied au cadre dudit dialogue national en soulignant « qu’il devrait être celui de la satisfaction des demandes légitimes de la révolution démocratique pacifique qui vont dans le sens de la nécessaire modernisation politique du pays et de la transformation de l’Etat national en Etat de droit », a-t-il précisé. Benflis a insisté sur les objectifs du dialogue national et ses finalités qui doivent être claires et déterminés dans la perspective que ledit dialogue ne sera pas une expérience qui aura à connaître un échec à l’image des expériences précédentes. Dans ce sens, Benflis a indiqué que «le dialogue national doit viser la reprise dans des conditions irréprochables du processus électoral présidentiel appelé a être le point de départ de la relégitimation de l’ensemble des institutions républicaines et de l’ouverture de la transition globale, politique, économique et sociale dont le pays a un besoin vital», a insisté le président de Talaie El Hourriyet, Ali Benflis.
Pour Benflis, la solution à la crise passe inexorablement via une élection présidentielle. A ce propos, Benflis a rappelé en la matière que «l’élection présidentielle est la voie la plus réaliste, la moins longue, la moins risquée et la moins coûteuse pour le pays aux plans politique, sécuritaire, économique et social, à la condition que soient réunies les conditions politiques, institutionnelles et légales et un environnement favorable pour la tenue d’un scrutin permettant pour la première fois, au peuple, d’exercer librement le choix de son président de la République sans que sa volonté ne soit dévoyée», a-t-il tempêté.
Benflis a expliqué que le processus de dialogue doit répondre à trois exigences de taille pour que ses objectifs soient atteints et réalisés. Benflis exige la création d’un environnement apaisé pour le succès du scrutin «par l’adoption de mesures de confiance et d’apaisement et des signaux forts de la part des autorités quant à la volonté de garantir la régularité, la transparence et l’intégrité du scrutin».
Le départ du gouvernement Bedoui et son remplacement par un gouvernement de compétences nationales et la création d’une autorité électorale indépendante ad-hoc sont aussi parmi les exigences et les conditions qui aideront à ce que le dialogue connaisse une finalité et un résultat positif.
Le processus de dialogue est en train de prendre une démarche diversifiée, c’est ce qui a permis à l’Instance nationale de dialogue et de médiation d’opter pour des travaux, des rencontres et des échanges pluriels avec toutes les potentialités et forces au sein de la scène politique nationale, la société civile et de personnalités nationales.
Dans ce sillage, l’Instance à rencontré en son siège les représentants de la société civile et les acteurs du Hirak de la région ouest du pays et aussi les notables de Ghardaïa. C’est dire que l’Instance multiplie ses activités dans tous les sens pour arriver à rassembler davantage de protagonistes dans la perspective de jeter les bases de la conférence nationale de dialogue inclusif.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours