{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Nouvelle journée mouvementée à la Cour suprême

Djoudi et Tou sous contrôle judiciaire

L’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh et le wali actuel d’El Bayadh, Mohamed Khanfar, sont appelés aujourd’hui à la barre. Ça continue…

Le défilé de personnalités se poursuit à la Cour suprême ! Après Ahmed Ouyahia, Amara Benyounès, Abdelghani Zalène et Abdelmalek Sellal, c’était le tour de deux autres gros bonnets de l’époque Bouteflika de passer à la casserole. Il s’agit de l’ex-grand argentier du pays, Karim Djoudi ( 2007 –2014) et le cacique du FLN Amar Tou. C’est l’ancien ministre des Finances qui a ouvert le bal dès les premières heures de la matinée où il était attendu de pied ferme par les magistrats de la Cour suprême. Karim Djoudi est accusé de dilapidation de deniers publics, abus de fonction et attribution d’indus privilèges. Le juge d’instruction près la Cour suprême l’a cuisiné pendant des heures avant de le laisser rentrer chez lui ! Comme Abdelghani Zalène, Djoudi a échappé à la détention préventive. Néanmoins, il n’est pas sorti d’affaire puisqu’il est mis sous contrôle judiciaire. De même pour son ex-compère au gouvernement, Amar Tou. Celui qui a occupé des départements ministériels à gros budgets, l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (1997-1999), la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (2003-2005), la Santé (2005-2008) et enfin les Transports (2008-2013), a également été mis sous contrôle judicaire. Le juge lui a aussi confisqué son passeport. Tou aura passé toute l’après-midi avec le juge d’instruction. Il est poursuivi pour les mêmes chefs d’inculpation que Karim Djoudi. Pour rappel, en application des dispositions de l’article 573 du Code de procédure pénale, le parquet général près la cour d’Alger avait transmis au procureur général près la Cour suprême, le dossier d’enquête préliminaire instruite par la police judiciaire de la Gendarmerie nationale d’Alger, pour des faits à caractère pénal, à l’encontre des nommés: Zalène Abdelghani, Amar Tou, Boudjemaa Talaï, Amar Ghoul, Benyounès Amara, Abdelkader Bouazghi, Karim Djoudi, Abdesslam Bouchouareb, Abdelkader Zoukh, Mohamed Djamel Khanfar, Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia, avait expliqué le parquet général près la cour d’Alger. Aujourd’hui, c’est le tour des walis. L’ex-wali d’Alger Abdelkader Zoukh et le wali actuel d’El Bayadh, Mohamed Khanfar devraient passer à la barre. Abdelkader Bouazghi devrait suivre en cours de semaine. Alors que pour Boudjemaa Talai, et Amar Ghoul, il faudra attendre le retrait de leur couverture parlementaire. La procédure a déjà été lancée par le Parlement et le Sénat. Reste le cas Bouchouareb. L’ex-ministre de l’Industrie et des Mines est à l’étranger (en fuite ?). Un mandat d’arrêt international aurait été lancé contre lui. Ce n’est qu’un début, la «fauchée» n’est pas près de s’arrêter…

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours