{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Il a abordé, hier, les missions du Conseil consultatif et du panel

Karim Younès annonce la couleur

Pour le coordinateur de l’Instance,« le conseil consultatif constitue une force de proposition».

Le coordinateur de l’Instance nationale de dialogue et de médiation, Karim Younès, a répondu sans ambages au sujet du principe de dialogue et des consultations qu’il compte initier incessamment avec toutes les forces politiques et de la société civile qui militent pour une sortie rapide de la crise politique qui prévaut dans le pays.
Cette fois-ci, l’ex-président de l’Assemblée populaire nationale n’a pas omis d’exprimer ses «vérités» et raisons qui ont présidé à sa décision de choisir la voie de la concertation et du dialogue pour favoriser l’ébauche d’une issue constitutionnelle à l’impasse qui guette les institutions de l’Etat.
Le premier responsable de l’Instance nationale de dialogue et de médiation après avoir installé le conseil consultatif, a décidé de clarifier quelques aspects inhérents à la démarche du panel et ses objectifs en soulignant que «celui qui ne veut pas aller vers un dialogue est libre, mais moi je plaide pour le dialogue qui apportera la solution à la crise qui menace le pays. Ceux qui refusent la démarche de dialogue veulent incendier le pays, c’est injuste de leur part», a rétorqué Karim Younès qui n’a pas daigné afficher crûment ce qu’il pense de la crise actuelle et aussi de ceux qui entravent le processus de la solution politique. La réaction aussi directe et forte de Karim Younès s’est faite lors de l’installation du conseil consultatif. Dans ce sens, le chef de file de l’Instance nationale de dialogue et de médiation a saisi l’opportunité pour répondre et expliquer le rôle et la tâche qui incombent à ce conseil consultatif à travers ses membres qui appartiennent à divers horizons.
A ce propos, le coordinateur de l’Instance a indiqué que «le conseil consultatif constitue une force de proposition pour l’Instance, par le biais de la concertation et l’échange d’opinions», et d’ajouter que «le conseil est composé d’élites nationales, en l’occurrence des universitaires, des intellectuels, des professionnels, et des acteurs de la société civile, ainsi que d’anciens cadres qui continuent à servir le pays avec abnégation et loyauté», a mentionné Karim Younès.
Dans un autre registre, le responsable de l’Instance nationale de dialogue et de médiation a rappelé les missions et la nature du conseil consultatif et ses objectifs à court et à moyen terme en précisant que «L’adhésion de ces personnalités à l’Instance nationale de dialogue et de médiation a été dictée par leur conviction de l’importance de répondre à l’appel du pays pour la recherche d’une voie consensuelle, à même de faire sortir l’Algérie de la crise politique actuelle, et partant garantir une élection transparente et régulière, à la faveur d’un mécanisme indépendant qui se verra confier la mission de préparation, d’organisation et de surveillance de l’élection, et d’annonce des résultats», a asséné Karim Younès.
Quant à l’action qui sera entamée par les membres du conseil consultatif de l’Instance nationale de dialogue et de médiation, Karim Younès a indiqué que tous les membres de l’Instance et du conseil consultatif vont se rendre dans les wilayas du pays et entamer des visites sur terrain pour mener des concertations et des échanges avec tous les protagonistes politiques, de la société civile, des personnalités nationales et les représentants du mouvement populaire.
Ces visites et reconnaissances sur terrain seront le moyen idoine pour élaborer «ensemble une plate-forme et des recommandations qui constitueront le document final qui présidera aux destinées de la conférence nationale pour le dialogue», a-t-il rappelé.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours