{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Il a affirmé que l'Algérie ne peut être bâtie qu'avec sa jeunesse

Khaldi soutient le projet de la Constitution

«Le président de la République s'attelle à promouvoir la jeunesse afin d'édifier la nouvelle République basée sur l'égalité entre les jeunes.»

La valse des déclarations de soutien au projet de la révision de la Constitution se poursuit. À l'approche du lancement de la campagne électorale pour le référendum sur la révision de la Constitution, plusieurs acteurs de la scène politique plaident pour une large campagne de mobilisation en vue d'inciter les citoyens à participer massivement au référendum du 1er novembre prochain. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi, est l'un de ses «promoteurs».
Il a déclaré depuis Ghardaïa que «le nouveau projet de la Constitution accorde une place prépondérante à la jeunesse à travers la constitutionnalisation du conseil national de la jeunesse et de l'observatoire de cette même catégorie de la population».
Sid-ali Khaldi a assuré que «le Plan national de la jeunesse (PNJ) s'inscrit dans une démarche visant à promouvoir le principe de l'égalité des chances» pour l'ensemble des jeunes dans les différentes régions du pays.
Présidant une rencontre avec le tissu associatif juvénile de la wilaya de Ghardaïa au terme d'une visite de travail et d'inspection dans la région, le ministre a convié les membres du mouvement associatif à enrichir d'une manière effective ce plan afin de permettre à cette frange de la société de s'épanouir et d'exprimer ses capacités à travers la compétence.
«L'Algérie ne peut être bâtie qu'avec sa jeunesse», a souligné le ministre précisant que «l'objectif est de créer un environnement propice pour l'épanouissement de cette jeunesse et d'établir un contrat social basé sur la confiance de ces jeunes en leur pays».
Après avoir écouté les doléances du tissu associatif de la région, le ministre a assuré les participants à cette rencontre que la prise en charge de leurs doléances, qui sont tributaires des moyens de financement, sera concrétisée selon les priorités. Les doléances en question sont, faut-il le noter axées principalement sur le financement des clubs sportifs, leurs frais de participation aux différents championnats, le manque de structures juvéniles et sportives, le problème de gestion de ces infrastructures et le transport des sportifs pour les compétitions nationales et régionales.
Le ministère de la Jeunesse et des Sports n'a pas manqué l'occasion pour appeler «l'ensemble des responsables locaux de son secteur à mettre à la disposition des jeunes du Sud, les infrastructures sportives, notamment les piscines et, consolider la gestion participative de ces structures».
De son côté, la secrétaire d'Etat, auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports, chargée du sport d'élite, Salima Souakri, a indiqué que les différentes structures sportives et de jeunes existantes dans la wilaya de Ghardaïa «augurent d'un avenir radieux pour la jeunesse avant de s'engager devant la gent féminine de la wilaya à accompagner les sports féminins dans la région à la faveur de la formation spécialisée d'entraîneuses, d'encadreuses et d'éducatrices pour prendre en charge la catégorie féminine dans les différents clubs».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours