{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Entre le panel et les dynamiques de la société civile

L’heure de la convergence a sonné

La classe politique et la société civile s’accordent à dire que la solution ne peut être trouvée en dehors d’un dialogue serein.

La situation politique du pays n’arrive pas à se démarquer du statu quo qui impose ses tiraillements et divergences manifestes et plausibles. Le contexte prend l’allure d’une réalité qui n’est pas reluisante au plan politique, cela est plus qu’édifiant au regard de l’état de ralenti dans lequel baignent les institutions de l’Etat et de la société respectivement. La crise a pris le dessus sur les autres connotations dans le lexique politique qui jalonne la classe politique et les acteurs de la société civile en général. Face à cette crise institutionnelle, beaucoup de voix suggèrent des initiatives et des feuilles de route en guise d’asseoir les fondements, et de jeter les bases d’une alternative négociée et consensuelle à la fois pour mener le pays à bon port et lui éviter le spectre du vide constitutionnel aux conséquences néfastes et désastreuses. Des dynamiques et des initiatives sont portées par des forces politiques, la société civile et les personnalités nationales dans la perspective d’un changement politique et une réponse à la crise qui taraude les Algériens.
La classe politique et la société civile s’accordent à dire que la solution ne peut se faire sans un dialogue serein et sérieux à la fois où le débat sans ambages doit être garanti et la négociation soit prise en compte comme critère de bonne volonté pour aller vers la solution et l’issue salvatrice qui épargneront au pays de sombrer dans la spirale infernale de l’instabilité institutionnelle.
La société a secrété plusieurs dynamiques et initiatives, l’opposition n’est pas en reste quant à ce processus de changement sur la base d’une feuille de route négociée et concertée, mais la situation trébuche et vacille, elle n’arrive pas à se doter d’un mécanisme homogène susceptible d’enclencher une véritable dynamique rassembleuse de toutes les forces de changement en présence pour en finir avec l’imbroglio en place et les atermoiements qui se font sentir à plus d’un titre. Des plates-formes se multiplient, des forums se succèdent avec comme objectif d’opérer un nouveau processus de convergence et de dialogue en guise de mettre en place des artifices et des mécanismes qui assureront la transition vers le parachèvement de l’édifice institutionnel.
L’Instance nationale de dialogue et de médiation apporte son lot de propositions en la matière, les forces de changement et leur plate-forme font autant, les forces de l’alternative démocratique suggèrent un plan de sortie de la crise en se cramponnant au préalable de la constituante, même si elles ne rejettent pas le principe du dialogue, qui sera corroboré par des garanties et une charte d’engagement politique pour respecter les recommandations qui leur sont propres. La société civile foisonne de propositions et de suggestions qui vont toutes dans le sens de réunir les conditions d’un dialogue responsable et transparent. L’urgence est d’installer un mécanisme qui réunira tout le potentiel politique qui milite pour la perspective de changement via un dialogue qui déterminera les priorités politiques qui ne s’inscrivent pas en porte-à-faux avec les attentes et les aspirations du peuple qui exige un changement du système et ses symboles.
La problématique de changement est située à ce niveau de l’enjeu auquel toutes les forces et les sensibilités veulent adhérer mordicus pour peu qu’il y ait la volonté réelle de la part des tenants du pouvoir effectif d’aller vers cet objectif sans diktat ni conditions.
D’autres alternatives sont fondées et reposent sur une base solide en termes de réflexion et de lecture de la crise et de sa solution à la fois. Il faut sortir de l’approche étroite et réductrice qui fait que la solution doit être l’émanation d’une seule démarche au détriment de la majorité qui a son point de vue et sa conception différentes, mais d’une faisabilité manifeste.
Le dialogue et la médiation peuvent sortir des clichés et embrasser la société profonde avec tout ce qu’elle charrie comme potentiel de réflexion, d’alternatives et de solutions diverses. Il suffit de se libérer du diktat et de la mainmise politiques qui ont caractérisé l’ancien système obsolète et ses pratiques antidémocratiques et censitaires à la fois.
Le rassemblement de toutes les potentialités qui plaident pour l’émergence d’une solution consensuelle et négociée est plus que nécessaire pour offrir au pays une chance inouïe de ne pas sombrer dans la spirale infernale de l’instabilité institutionnelle aux résultats qui risquent d’être désastreux et catastrophiques. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours