{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Salim Labatcha, nouveau patron de la centrale syndicale

«L’Ugta est un grand chantier»

Une refonte de l’Ugta est à l’ordre du jour.

Les priorités de la Centrale syndicale vont-elles prendre une autre orientation que celle du passé ?
Après le retrait de Sidi-Saïd de la tête de l’Union générale des travailleurs algériens, celui qui occupe désormais la fonction de secrétaire général de cette organisation, Salim Labatcha, promet qu’une refonte de l’Ugta est à l’ordre du jour. Celle-ci aura comme base, l’inclusion du travailleur en tant que principal élément dans le processus de prise de décision de la Centrale. C’est du moins ce qu’il a laissé entendre hier, en marge de son passage dans l’émission «l’invité de la rédaction» sur la Radio chaîne 3. Salim Labatcha soutient de ce fait, que «la parole doit être restituée à tous les travailleurs», estimant que ces derniers ont tellement de choses à dire…
Le secrétaire général de l’Ugta a encore insisté sur le fait que le travailleur doit à tout prix se réconcilier avec sa base syndicale.
Pour faire montre de cette bonne volonté affichée, Salim Labatcha rappelle que le dessein de remodelage de l’Ugta sera entamé par une rencontre qui regroupera prochainement les responsables syndicaux et les travailleurs pour parler du devenir de cette entité syndicale. Cependant, l’invité de l’émission se veut réaliste et juge que les choses ne s’amélioreront pas du jour au lendemain. Il se dit par conséquent, conscient du fait que pour restructurer l’Ugta il faudra s’affranchir de bien des obstacles et des problèmes. « C’est un chantier et beaucoup de travail reste à faire », prévient-il. Salim Labatcha conviendra qu’il est indéniable que des erreurs ont été commises dans le passé, même si d’après lui, celles-ci peuvent être évaluées différemment. « Il faut rompre avec le passé », dira-t-il encore. Il explique dans ce registre, qu’aujourd’hui, l’Ugta aspire au renouveau, et que cela ne se réalisera qu’en « se rapprochant de notre base en l’écoutant attentivement ». Le président de la même organisation souligne en outre que la primauté du travailleur dans la réorganisation de l’Ugta, se manifestera à travers l’amélioration du cadre socioprofessionnel. Il sera entre autres question de réviser la grille des salaires, de revoir les pensions des retraités, mais encore d’améliorer le pouvoir d’achat qui a été complètement laminé.
Salim Labatcha fait savoir que ce sont là, les objectifs arrêtés dans le cadre du congrès de l’Ugta, ajoutant qu’il prévoit de réunir autour de la même table, les travailleurs et leurs représentants, pour discuter et débattre des mécanismes à mettre en œuvre dans le but de déboucher sur l’amélioration des conditions de travail.
Salim Labatcha insiste encore : «L’Ugta du futur ne devra se focaliser que sur un point essentiel», celui de défendre les intérêts des travailleurs et de l’entreprise, créatrice de richesse.
Selon lui, le 22 février dernier a marqué le début d’une ère nouvelle pour le pays. «C’est une phase favorable au changement», a-t-il appuyé.
Evoquant la situation que connaît le pays en ce moment, le responsable a rejeté la responsabilité de ce pourrissement à l’ancien régime, qui a laissé des problèmes d’une extrême gravité s’accumuler avec le temps. «Voilà où nous en sommes», déplore-t-il. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours