{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Enquêteurs et magistrats travaillent main dans la main

La justice passe à la vitesse supérieure

L’opération mains propres ne fait que commencer. D’autres têtes devraient prochainement tomber. Les Algériens ne sont pas au bout de leurs surprises…

Depuis plus d’une semaine, les choses s’accélèrent en Algérie ! La justice a fait tomber de grosses têtes, entre hommes d’affaires et politiques. Deux Premiers ministres, un ministre et les plus grosses fortunes du pays sont sous les verrous. L’opération mains propres est passée à la vitesse supérieure après un «arrêt» de plusieurs semaines. Néanmoins, elle ne s’est pas arrêtée qu’à ces grosses pointures puisque nous avons appris que plusieurs cadres de la nation, employés de l’administration et élus locaux sont sous l’œil du cyclone. Des sources proches des dossiers nous ont même fait savoir que « plusieurs maires sont entre les mains des enquêteurs pour leurs supposés liens avec les personnalités soupçonnées de corruption ». Les mêmes sources nous apprennent que ces premiers dossiers ne sont que la face visible de l’iceberg. «La réalité est bien pire. Les dossiers que les enquêteurs sont en train de rassembler sont plus grands que le mont Tahat», plaisantent nos sources. «Ces dossiers ne comptent pas des dizaines de pages, mais plusieurs centaines», soutiennent-elles en assurant que ce n’était que le début. On apprend ainsi que les enquêteurs se sont d’abord penchés sur la dilapidation du foncier avec «des concessions faites dans des conditions plus que douteuses». Les enquêteurs auraient tout simplement « fouiné » dans les registres des cadastres pour découvrir le pot aux roses avec des hectares et des hectares de terrains au nom des accusés et leurs proches. De là, les services de sécurité auraient remonté les pistes pour connaître ceux qui ont «offert» ces terrains et dans quelles conditions. On apprend dans ce sens qu’un ministre actuellement en poste «serait incriminé dans une histoire de terrain pour l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout à l’époque où ce ministre était wali à Tissemsilt». Toujours concernant le magnat du transport, il «serait aussi accusé d’avoir déclaré du vieux matériel à l’Agence de développement et de l’investissement (Andi) comme étant neuf, et ce, pour bénéficier des avantages fiscaux qu’offre ce dispositif d’investissement». C’est pour cette raison que des employés de cette agence ainsi que ceux des impôts sont sous contrôle judiciaire. Les personnes incriminées sont certes innocentes jusqu’à preuve du contraire, toutefois, plusieurs autres affaires du même genre sont sur la table des magistrats. «Le commencement s’est fait par les dossiers les plus évidents. C’est-à-dire les plus faciles à prouver, cela afin de mettre hors d’état de nuire les accusés», précisent nos amis qui soutiennent que l’opération mains propres ne fait que commencer. Ils insistent par ailleurs, sur le travail de fourmi qui est en train d’être fait par les enquêteurs sous l’œil bienveillant des magistrats. «Enquêteurs et magistrats travaillent main dans la main pour que justice soit faite», poursuivent-ils. D’autres grandes révélations devraient avoir lieu les prochains jours, des têtes tout aussi importantes vont tomber. Le «Club privé» d’El Harrach devrait être garni par le même gotha de personnalités.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours