{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ahmed Gaïd Salah à partir de Béchar

«La solution est entre les mains des Algériens»

Pour le général de corps d’armée, la crise économique que traverse le pays est due à l’irresponsabilité de certains dirigeants.

Comme attendu, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, s’est prononcé, hier, sur la situation qui prévaut actuellement dans le pays depuis la 3e Région militaire où il effectue une visite d‘inspection et de travail. En présence des cadres et des personnels du Secteur opérationnel, le vice-ministre a affirmé que la solution pour sortir de la crise que traverse notre pays actuellement repose sur la nécessité de s’attacher au respect des dispositions de la Constitution. Il précise en ces termes : « Une des lignes de conduite que l’Armée nationale populaire veille à respecter est l’attachement résolu aux solutions légales et constitutionnelles pour résoudre la crise que traverse l’Algérie.» Pour Gaïd Salah, « il s’agit de principes auxquels on ne peut déroger et dont nous ne nous lasserons jamais de réitérer en toute confiance et avec détermination. Et je sais pertinemment que la grande majorité du peuple algérien adopte ces mêmes valeurs, qui sont nobles et judicieuses ». Voilà ce qui est clair à l’endroit de ceux qui insistent sur la phase de transition qui devrait comprendre aussi comme le souligne le vice-ministre « nous avons affirmé à maintes reprises que les clés de sortie de cette crise se trouvent entre les mains de ceux qui nourrissent en eux-mêmes la vertu de l’altruisme ». Pour le bien du pays, il faut, donc rejeter tout égoïsme qu’il soit centré sur une personne, un parti ou autre, en faisant prévaloir l’intérêt de l’Algérie au-dessus de tout autre intérêt. « Et il est évident que la clé la plus importante est précisément la voie du dialogue entre tous les acteurs sérieux et sincères. »

Il vous appartient de trouver la voie
Revenant sur l’élection présidentielle qui constitue l’un des facteurs à sortir du tunnel, il affirmera, «nous ne nous lasserons jamais de dire que la priorité aujourd’hui consiste à accélérer l’élection d’un président de la République dans les délais possibles constitutionnellement et acceptables dans le temps ». Il avertit dans ce contexte que ces délais ont atteint aujourd’hui leur limite et « il appartient aux Algériens fidèles à leur patrie de trouver maintenant, la voie la plus efficace pour y aboutir». Le général de corps d’armée ne manquera pas de rappeler à ce sujet que trouver ces voies qui mèneraient à la présidentielle ne peut se faire qu’à travers le dialogue dont les résultats pourront satisfaire la majorité du peuple algérien, « soit des résultats consensuels pour aboutir à une solution consensuelle au service de l’Algérie et de ses intérêts ».
Ainsi, le chef d’état-major trouve dans le dialogue l’issue vers une élection qui soit organisée dans les plus brefs délais, mais aussi dira- t-il soulignant que cette élection est une nécessité et non un choix «Dans les meilleures conditions de transparence et de crédibilité constituant un élément fondamental que requiert la véritable démocratie à laquelle ne croient pas, malheureusement, certains adeptes de la surenchère politique et idéologique. » C’est là le summum du paradoxe intellectuel et politique, car il n’y a guère de démocratie sans élections libres et intègres, sauf si la démocratie signifie s’enliser dans le bourbier de la cooptation. Insistant sur le principe du dialogue, le vice-ministre de la Défense en homme averti ne manquera pas d’insister sur le processus d’une élection démocratique réelle.

Un dialogue serein et inclusif
A ce propos, il souligne que pour rejoindre la rive d’une démocratie réelle dans toute sa mesure et sa dimension, il serait plus judicieux de dire qu’il y a lieu de réunir toutes les conditions nécessaires pour tenir des élections pluralistes, précédées par des discussions constructives et « un dialogue serein et calme permettant au citoyen d’accorder sa voix à celui qu’il considère apte à conduire le pays sur la voie de la prospérité et du progrès ». S’adressant au peuple qu’il a qualifié de digne, le vice-ministre lance un avertissement à l’égard de certains opportunistes. «Ce digne peuple à qui il appartient de faire attention et prendre garde à certaines personnes et entités qui continuent à faire montre d’une opposition fondée uniquement sur le dénigrement d’autrui ou la formulation de nouvelles revendications et de propositions qui ne sont guère adéquates (…), oubliant que c’est au nouveau président seul que revient la tâche de traduire concrètement sur le terrain le programme détaillé et précis des réformes. » Le vice-ministre revient dans son discours vers la justice en affirmant que «l’institution militaire est déterminée à accompagner la justice, avec une ferme conviction et un sens élevé du devoir, ainsi que de la protéger de façon à lui permettre d’exécuter convenablement ses missions», afin de faire comparaître devant la justice tous les corrompus quelles que soient leur fonction ou leur rang social ». Il ajoute : «Partant du fait que la lutte contre la corruption n’admet aucune limite et qu’aucune exception ne sera faite à quiconque», cette voie sera celle de l’institution militaire. Pour lui « l’heure des comptes est arrivée » et de ce fait le pays sera assaini de toute personne malhonnête. «Il apparaît que ce qu’on appelait réforme de la justice n’était malheureusement que des paroles en l’air et des réformes creuses qui, bien au contraire, ont encouragé les corrompus à persister dans leurs méfaits et ont été parrainés pour empiéter les droits du peuple et enfreindre les lois délibérément sans crainte et sans aucune conscience». Enfin au terme de son discours, le général de corps d’armée a souligné que «tous les indices confirment que la crise économique que traverse notre pays est due, en premier lieu, à la mauvaise gestion de la part de quelques responsables qui ont bafoué le devoir et le sens de l’engagement et de la responsabilité dont ils sont tenus de porter le fardeau».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours