{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le panel a lancé, hier, les rencontres politiques et les assises régionales

Le dialogue prend forme

Ces rencontres et consultations régionales finiront par être polarisées en une rencontre nationale inclusive.

Au-delà de quelques frictions qui se sont exprimées à l’égard de l’Instance nationale de dialogue et de médiation, la démarche de cette dernière semble en train de faire son bonhomme de chemin doucement, mais sûrement.
C’est avec Abdelaziz Belaïd, président du Front El Moustkbel que l’Instance nationale de dialogue et de médiation a inauguré le cycle de rencontre avec les partis politiques. Karim Younès qui a coanimé avec Belaïd une conférence de presse à l’issue de leur entrevue a annoncé une rencontre aujourd’hui avec Ali Benflis, président de Talaïe El Hourriète et demain avec Mohamed Bengrina, premier responsable du parti El Bina. Le coordinateur de l’Instance a également mis en exergue lors de cette même conférence la détermination du panel à ne pratiquer aucune exclusion parmi les partis et les organisations avec lesquels il discutera.
Le caractère inclusif de la démarche est ainsi reitéré sous le regard approbatif de Abdelaziz Belaïd qui a affirmé qu’un refus de dialogue signifie l’échec de la classe politique. On aura compris que les deux hommes étaient sur la même longueur d’onde.
En plus de cette série de rencontres, l’Instance a enclenché le processus des consultations avec la société civile et les acteurs du Mouvement populaire au niveau local. Ainsi, les contrées de l’Algérie entière se sont transformées en un chantier où les panélistes vont l’explorer à travers des visites et des rencontres directes avec la société réelle pour réussir le challenge de dialogue et de médiation en guise d’asseoir l’objectif d’une conférence nationale pour un dialogue inclusif. L’Instance nationale de dialogue et de médiation veut gagner du temps et ne pas suivre le rythme de la scène politique caractérisée par un immobilisme saillant et dangereux. L’une des initiatives qu’elle vient de prendre c’est de fixer les grandes lignes d’une feuille de route consensuelle et qui traduit les préoccupations de la classe politique et de la société civile et les personnalités nationales, à savoir les préalables qui sont connus par tout le monde, les mesures d’apaisement et les points nodaux d’une nouvelle étape qui va paver la voie vers le retour de la vie institutionnelle et la stabilité des institutions de l’Etat.

Les artifices d’une transition
La feuille de route est conçue de telle sorte que les membres de l’Instance développent une démarche ouverte sur les autres initiatives et approches dans une logique de convergence et d’enrichissement de la plate-forme dans la perspective de mettre en place un mécanisme consensuel sous forme d’un document de référence pour ne pas dire une espèce de recommandations qui constitueront la matrice des revendications et des exigences qui seront soumises au pouvoir réel dans l’objectif de les appliquer et les réaliser.
Parmi les points qui constituent les axes essentiels de l’action du panel dans le but d’asseoir la consultation et les rencontres avec tous les protagonistes de la classe politique, la société civile et les personnalités nationales, ce sont la révision du Code électoral et la mise en branle d’un nouveau mécanisme qui présidera aux destinées de la nouvelle commission du surveillance des élections.
Ces questions sont vues par la majorité des protagonistes et acteurs de la vie politique et civile comme de véritables ébauches pour une transition telle que déterminée par les artifices de la constitution en vigueur.

Soutien clair au panel
Dans le même ordre d’idées, il faut rappeler que les membres de l’instance nationale de dialogue et de médiation ont commencé l’entame de leurs assises au niveau des wilayas du pays en se référant à la date délimitée pour réunir et collecter les avis, les propositions et les approches en rapport avec la crise politique et les voies et moyens pour l’endiguer et la juguler.
Les assises connaissent selon les panélistes sur le terrain un engouement et un certain enthousiasme de la part des citoyens représentant tous les horizons de la société qui s’attachent à la solution constitutionnelle de la crise pour épargner au pays de sombrer dans le chaos institutionnel et constitutionnel. Ces rencontres et consultations régionales finiront par être polarisées en une rencontre nationale inclusive pour entériner définitivement les recommandations et les suggérer aux tenants du pouvoir réel dans la perspective de favoriser l’option négociée et adossée par des mesures d’apaisement concrètes.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours