{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Son président l’a affirmé à Sétif

«Le front El Moustakbel ira au dialogue»

«Si la crise politique qui secoue le pays persiste, le pays risque de plonger dans une grave crise économique.»

Le président du Front El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, a affirmé, samedi dernier, à l’occasion de son meeting à Sétif, «la disponibilité de sa formation à participer au dialogue national, lancé par l’instance du dialogue national et de la médiation conduite par l’ancien président de l’Assemblée populaire nationale, Karim Younès. Il a indiqué que «cette instance doit clarifier davantage sa mission et tracer un agenda pour réaliser ses objectifs». «Si la crise politique qui secoue le pays persiste, le pays risque de plonger dans une grave crise économique», a-t-il prévu. Il a insisté sur la nécessité d’aller vers une élection présidentielle dans les plus brefs délais comme l’a affirmé le chef de l’ Etat par intérim, Abdelkader Bensalah et le chef d’état-major, et vice-ministre de la Défense, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah. Il a ajouté qu’«il n’ y a pas d’autres solutions que d’aller rapidement vers la présidentielle». A titre de rappel, «le Front El Moustakbal a exprimé récemment son souhait de rejoindre le panel». Le chef du Front El Moustakbel s’est porté candidat à la présidentielle de 2014 et a participé aux dernières élections législatives et locales. Il a obtenu 14 sièges à l’Assemblée populaire nationale (APN), 131 sièges aux APW et arrive en tête dans 71 APC. Le président de cette formation agréée en 2012 ambitionne de se porter candidat à la magistrature suprême. Il s’est officiellement porté candidat à l’élection présidentielle de 2019, à l’issue du deuxième congrès de sa formation.
Il a soutenu récemment que «le dialogue est l’une des bases fondamentales pour atteindre la stabilité politique et économique du pays». «Le peuple est le seul habilité à choisir ceux qui le représentent après la création de la commission nationale de préparation d’une élection propre et transparente», a-t-il appuyé, ajoutant qu’«on ne peut instaurer la démocratie avec des moyens et des comportements non conformes et que le peuple doit réaffirmer sa volonté en participant à l’élection à travers le vote.»
Il a souligné, à ce propos, que «toutes les forces politiques doivent faire preuve de solidarité entre elles après l’élection d’un nouveau président du pays pour œuvrer ensemble à renouveler les idées et à construire un Etat fort». «Il ne faut pas jouer avec l’avenir du peuple et il faut réfléchir au sort des étudiants diplômés qui arrivent sur le marché du travail chaque année, et d’autres demandeurs d’emploi dans le but de restaurer la confiance dans le pays», a-t-il insisté. Abdelaziz Belaïd a affirmé, dans ce sens, que son parti «jouera un rôle clé sur la scène politique à l’avenir, grâce à ses cadres, à ses compétences, mais aussi à sa vision et sa clairvoyance pour concrétiser les objectifs futurs clairs».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours