{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Saison estivale à Béjaïa

Le fruit du Hirak

Le changement du système passe inévitablement par le changement des mentalités et des comportements.

On les a vus à l’œuvre depuis le début du mouvement national pour le changement du système. Ils se sont distingués par des actions, qui démontrent, ô combien le peuple algérien est mûr, responsable et civilisé. Ceux-là ce sont les jeunes Algériens. A Béjaïa, cette singularité est toujours de mise. Elle s’illustre à travers de nombreuses actions entreprises par-ci et par- là dans un esprit nouveau ancré par le Hirak. Des attitudes qui signifient que le changement souhaité passe par celui des comportements au quotidien.
Béjaïa se solidarise depuis quelques jours avec les sinistrés de Djanet. Les inondations qui ont touché durement les citoyens de la régions n’ont pas laissé de marbre les jeunes de Béjaïa, qui, dans un élan solidaire, ont initié un mouvement de solidarité auprès des citoyens de la ville de Béjaïa . Un appel aux dons a té lancé au profit des sinistrés des inondations. la collecte des dons se fait chaque jour au niveau du local du MOB situé à Lekhmis. Ces jeunes n’ont attendu aucun appel pour s’engager dans cette action. Ils concrétisent l’un des slogans phares du mouvement que certains tentent de diviser par des entités régionales et ethniques ou encore linguistiques. La belle réponse est donnée à Béjaïa
Sachant l’importance de la réussite de la saison estivale pour l’économie locale, plusieurs associations se sont investies positivement avec la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Béjaïa, pour une large opération de nettoyage des plages. Cet investissement bénévole se veut un palliatif à l’absence d’une vraie politique en matière d’hygiène et de nettoiement des plages par les autorités de wilaya et des communes.
Le changement passe aussi par cette « dénonciation » indirecte du « laxisme » des autorités, qui oublient de prendre le train de la révolte pour un changement sur tous les plans. Béjaïa, qui reste l’une des régions les plus convoitées en été, verra-t-elle sa saison estivale sauvée ? En tout état de cause, les jeunes des régions côtières le souhaitent et travaillent pour cela, car estiment-ils « Béjaïa doit être à la hauteur, notamment en matière d’hygiène des plages et des endroits visités ».
La Hirak n’est pas seulement la demande de changement au niveau national. La demande doit aussi se concrétiser localement. C’est pourquoi on continue à presser les autorités locales pour des besoins locaux. On ne ferme plus les routes comme ce fut une habitude fâcheuse depuis des années, désormais on s’adresse directement aux concernés par les problèmes posés. On leur rend visite dans leurs bureaux. C’est ce qu’on fait les bénéficiaires des 130 logements sociaux de Hellouane dans la commune d’Ouzellaguen en fermant le siège de la daïra dans une action de protestation « pour réclamer les clés de leurs appartements depuis 2014 ». Le retard accusé en la matière est justifié par les autorités locales au motif du non-achèvement des travaux des VRD qui sont sous la responsabilité de la wilaya. Ce n’est pas trop convaincant comme réponse, estiment les bénéficiaires. Une histoire de réalisation des voies diverses qui demeure en instance depuis plus de 5 ans a de quoi inquiéter.
Autant d’exemples qui illustrent toute la maturité des habitants de Béjaïa. Une maturité qui cadre fortement avec les valeurs véhiculées par le Hirak. Il reste à espérer que ce changement puisse s’élargir pour éliminer d’autres comportements néfastes sur les routes et l’environnement. Ça ne peut pas venir du jour au lendemain. il faudra du temps et des exemples incitatifs, estime ce sexagénaire de la ville de Béjaïa. « Les bonnes habitudes ça s’acquiert au fil du temps », nous disait-il hier.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours