{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Nouveau lycée de Timizart

Le secret d’une réussite

96,88% du taux de réussite à l’examen du baccalauréat.

Le nouveau lycée est construit à l’extérieur du village, dans un endroit silencieux où l’on entend les chuchotements de la brise matinale. Pour y parvenir, venant de Tizi Ouzou, il faut faire le parcours du combattant tellement le transport est très désorganisé dans la région. Mais, nous nous y sommes quand même rendus en quête du secret de la réussite. Une question que nous avons posée aux parents d’élèves et au directeur de l’établissement. Finalement, la réussite a un prix. Et c’est ce que nous allons découvrir avec ces gens très simples et très accueillants.
Après une année de travail acharné et une abnégation exemplaire des enseignants et de tout l’encadrement, le lycée d’Abizar a réalisé l’exploit de se classer premier au classement des examens du baccalauréat au niveau national avec un taux de réussite de 96.88 %. Un exploit rare dans les annales de ce sésame qui ouvre les voies de l’enseignement supérieur et des hautes études. Beaucoup s’interrogent légitimement par ailleurs, sur le secret de la réussite de ce nouvel établissement situé dans un village tellement éloigné.
Raison pour laquelle, nous avons tenté de répondre à ce questionnement qui taraude les esprits des parents et des élèves non seulement dans la wilaya de Tizi Ouzou mais à travers toute l’Algérie. Nous nous sommes rendus sur place pour interroger les parents et le directeur sur le secret de cet excellent résultat. Pour y parvenir, il a fallu faire un long cheminement. Dans cette région éloignée du chef-lieu de la wilaya, les distances ne se mesurent pas au nombre de kilomètres. Pour parcourir une cinquantaine de kilomètres, nous avons dû faire près d’une dizaine d’escales. Le transport est tellement désorganisé que le voyageur peut se perdre dans un labyrinthe inextricable.

Une première place au niveau national
Le village Abizar, situé à quelques kilomètres du chef-lieu de la commune d’Aghribs, tout proche parce qu’administrativement il est relié à la commune de Timizart. Une fois le fil retrouvé au niveau du chef-lieu de Timizart, appelé communément Lhad, il nous a fallu choisir, après consultation, le fourgon qui passe le plus près du lycée. Il nous déposera à deux kilomètres. Une distance que nous avons poursuivie à pied.
« C’est vrai que nous nous attendions à un très bon résultat, mais pas à une première place. Nous sommes vraiment très heureux et encore sous l’effet de la surprise», nous dit un parent d’élève que nous avons rencontré au niveau de l’arrêt des fourgons. Pour un autre parent, la réussite est le fruit du travail fourni par les élèves et par les enseignants qui n’ont pas badiné sur les efforts afin d’atteindre l’objectif.
Le directeur, M. Bourkache que nous avons trouvé dans son bureau en train de travailler, est du même avis. «Nous sommes très heureux que nos efforts soient couronnés d’une si belle prestation. Nous nous attendions en fait à une très bonne note, mais la première place a été une véritable cerise sur le gâteau» a-t-il affirmé.
En effet, au vu de la situation du nouveau lycée d’Abizar, il apparaît clairement que la surcharge des classes empêche grandement l’obtention de bons résultats pour les élèves et pour les enseignants. L’un des secrets de la réussite de cet établissement se révèle en découvrant le nombre d’élèves par classe. Dans ce lycée, la classe la plus chargée a 20 élèves. Les enseignants ne souffrent pas de la surcharge des classes.
Au volet des programmes, M. Bourkache assure que les enseignants sont très motivés. «Dans notre établissement, tout le monde se donne à fond. Le sérieux et l’abnégation sont notre devise.»

20 élèves par classe
A la fin de l’année, toutes les classes de la première à la troisième ont terminé le programme. Les délais sont respectés à la lettre. Le sérieux des enseignants se trouve joint également par tout le personnel qui veille au bon déroulement de l’année scolaire. «Dans notre lycée, il y a une tolérance zéro aux absences » explique-t-il en révélant les autres secrets de cette retentissante réussite.
L’autre secret de la réussite dans cet établissement est sans nul doute la discipline. «Ici, dès le début de l’année, nous expliquons aux élèves qu’aucun écart n’est toléré. A la rentrée, nous faisons une sorte de contrat entre les élèves et nous pour que les absences soient bannies de notre établissement» explique Monsieur Bourkache. Un fait tout à fait nouveau est observé au nouveau lycée d’Abizar. Les enseignants ont toujours été volontaires à dispenser des cours de rattrapage aux élèves. «Même les élèves malades ont droit à des cours de rattrapage, dit le directeur qui ajoute le cas d’une élève de terminale qui est restée malade durant quatre mois. Mais le volontarisme de ses enseignants a fait que celle-ci a récupéré son retard et a obtenu un 16/20 au bac.
Enfin, après avoir quitté le nouveau lycée d’Abizar, il devient évident que le secret de la réussite est tout simple. Le sérieux et l’abnégation dans le travail. Dans cet établissement, tout indique qu’il y a de l’excellence. Même le jardin est très bien entretenu ainsi que l’hygiène omniprésente. Cet établissement met à nu si besoin le mal de la surcharge des classes qui frappe l’enseignement dans notre pays. Avec des classes en moyenne de 20 élèves, il est donc possible de réaliser des exploits et atteindre des niveaux d’excellence insoupçonnés. L’amour de son métier et le goût de l’effort sont des moteurs indéniables pour un personnel qui se donne vraiment à fond pour la réussite des élèves.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours