{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

18e mardi consécutif de manifestations

Les étudiants n’abdiquent pas

La mobilisation estudiantine ne faiblit pas.

Rien ni personne ne semble pouvoir mettre fin à la mobilisation des étudiants. Ils sont de plus en plus nombreux et déterminés. Hier, ils ont montré, pour le 18ème mardi consécutif qu’ils sont arrivés à un point de non-retour. Des milliers d’étudiants ont envahi la capitale. Ils ont marché sous un soleil de plomb à Alger. Encore une fois, les étudiants prouvent leur maturité et s’engagent à prendre leur destin en main. Sans surprise, l’accès à la Grande Poste était quasiment impossible et les casques bleus ont littéralement squatté les lieux, principalement la Grande Poste et les grands boulevards de la capitale. Tous les accès ont été bloqués par des camions stationnés pour interdire le passage aux étudiants. En début de journée, ils ont commencé timidement, presque anarchiquement, puis vint l’organisation qui a laissé place au génie créatif. De jour en jour, ils reviennent avec de nouvelles idées, encore plus surprenantes. Comme mardi dernier, ils étaient au rendez-vous pour une seule cause et un seul mot d’ordre « Système dégage !». Les étudiants venus des différentes universités d’Alger ont entamé depuis la place des Martyrs, la 18e manifestation estudiantine consécutive. En effet, ils se sont donné rendez-vous à la place des Martyrs d’où est partie leur marche en direction de la place Audin. Et de là, la marche a commencé vers 10h 30 du matin. Conscients des enjeux politiques et de la crise que traverse le pays, les étudiants exigent et réclament le départ immédiat des symboles du pouvoir et un changement radical du système politique en place. Ils ont scandé des slogans et marché durant des heures pour exprimer encore une autre fois leur colère, en réaffirmant leur engagement et en revendiquant le départ de tous les symboles du régime. La mobilisation reste exceptionnelle.
Pour hier, les étudiants ont trouvé une nouvelle solution pour échapper aux blocages des forces de l’ordre. Pour les étudiants rencontrés hier au centre-ville, la pression, les arrestations et les intimidations exercées par le pouvoir en place, ne vont pas les empêcher de s’exprimer et laisser leur empreinte dans cette révolution pacifique. Par ailleurs, l’on note aussi, que dès que les étudiants apparaissaient et tentaient de se rassembler, la police les dispersait. Des arrestations ont été constatées. « Les pratiques de provocations et les magouilles du système n’ont fait que compliquer la situation et booster les étudiants à prendre leur destin en main », note un étudiant en disant qu’il n’a jamais raté une manifestation depuis le début du mouvement populaire. Hier encore, un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé dès le début de la journée.
 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours