{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Saison estivale à Béjaïa

Les nuits fraîches de la Casbah

La citadelle de la casbah de Béjaïa a incontestablement gagné en notoriété depuis sa réhabilitation. Elle est, à la faveur de la présente saison estivale, le lieu le plus visité par les Bédjaouis et leurs hôtes.

Délaissée des années durant, dans l’ex-capitale du Royaume des Hammadites, la Casbah figure parmi les sites et monuments historiques, qui attirent les visiteurs.
Si jusque-là Gouraya, le pic des Singes, cap Carbon et la Brise de mer étaient en tête du peloton des sites où se bousculent les touristes en séjour à Béjaïa, depuis cette saison, la casbah de Béjaïa reprend ses droits pour constituer l’endroit de rêve des centaines de personnes qui, chaque soir, y viennent en famille ou entre amis pour se prélasser et profiter de la brise marine autour d’un thé, un café, une glace. Cette citadelle gouvernementale datant de l’âge d’or (Xe-XIIe siècles) de la ville de Yemma Gouraya, fut édifiée par les Almohades sous le règne du commandeur des croyants Abdelmoumène Benali, au milieu du XIIe siècle (vers 1154). Elle subira par la suite d’autres transformations, œuvre d’abord des Espagnols lors de la prise de la ville en 1510, puis les Ottomans et enfin les Français.
Chacun d’eux y a laissé sa trace sur ce site qui comprend un fort, constitué d’une grande salle voûtée (poudrière), une mosquée, d’architecture berbère ancienne qui fut le lieu de prière du gouverneur almohade. En forme carrée, le bâtiment est constitué d’un patio et de galeries.
Sur le plan historique, il convient de retenir que la Casbah a été un lieu de transmission du savoir au Moyen âge européen à travers les séjours de personnalités scientifiques et littéraires. Ibn Arabi, le maître andalou du soufisme le mathématicien italien Léonardo Fibonnacci, le philosophe catalan, Raymond Lulle, le philosophe et historien andalou Ibn Khaldoun et d’adoption algérienne par son œuvre, dont le buste trône juste à l’entrée du site. Fermée pendant quelques années, la Casbah a subi un véritable lifting lors d’une restauration qui a certes pris du temps mais avec enfin, un joli site où l’on prend son temps d’admirer le port de Béjaïa, de profiter de la fraîcheur nocturne et surtout de s’instruite via les différentes expositions qui s’y tiennent en permanence. Il va de soi que des espaces ont été prévus pour des soirées musicales dont ne se lassent jamais les Bedjaouis. Ce site historique, archéologique et culturel reste le baromètre de la fréquentation touristique de la ville de Béjaïa.
Située au cœur de la ville, la Casbah est à quelques centaines de mètres de la place du 1er-Novembre, la Brise de mer et d’autres sites comme le Théatre régional. Après la fête de l’Aïd El Adha, les estivants sont revenus en force pour admirer la beauté des sites de cette région. à ceux qui optent pour les plages, se sont joints ceux qui considèrent que les sites naturels et historiques de la région méritent un détour. L’estivant donne l’impression de vivre les derniers jours de l’été.
à peine l’Aïd passé, les vacanciers sont déjà de retour pour réinvestir les côtes de Béjaïa, mais aussi les sites touristiques. Les stations balnéaires ont renoué avec la folle ambiance qu’on leur connaît en pareille période. Bruit de musique par-ci, klaxons par là, les trottoirs et chaussées sont à l’épreuve des piétons et des automobiles.
Le commerce reprend de plus belle. Bref, c’est de nouveau le rush avec son inconséquence en matière de circulation routière et de stationnement. Les estivants veulent délibérément incontestablement profiter de la dernière décade du mois d’août pour passer quelques jours de congé liés aux loisirs. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours