{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Des taudis sont démolis à Oran

Les ravages de la tronçonneuse

La première opération a été lancée dans la forêt des Planteurs rattachée au secteur urbain de Sidi El Houari.

Fini la tronçonneuse ravageuse. Bienvenue à la «débidonvilisation» de la ville. Ces deux opérations se poursuivent de plus belle. Après un répit qui n’a pas trop duré, la wilaya d’Oran s’est remise sur les rails en procédant, en fin de semaine, à la démolition de près d’une quarantaine de bidonvilles érigés sur un domaine appartenant à l’Etat, la ferme Djaïder située dans la localité d’Es Senia. L’opération ayant été déclenchée vers 4h du matin, a nécessité la mobilisation d’importants moyens logistiques dont des bulldozers et autres engins démolisseurs. La wilaya d’Oran, se préparant activement pour les JM 21, fait sienne la politique de la «déclochardisation » de la ville en adoptant la politique de l’éradication, vaille que vaille, de ces taudis essaimés un peu partout dans les alentours immédiats de la ville, l’amochant en lui donnant une image hideuse.
Tout récemment, une vingtaine de taudis ont été démolis par les services municipaux d’El Braya et de Boutelilis, très précisément dans le lieudit Bouyakour, à l’extrême ouest de la wilaya d’Oran en se rendant vers la wilaya de Tlemcen par Aïn Témouchent. Pour cause, ces bidonvilles ont été dressés sur des terres appartenant à l’Etat. Inflexible est la lutte menée, ces derniers mois, par les services de wilaya contre les cantonnements du tissu urbain.
Appuyés par les forces de l’ordre, les services forestiers, en collaboration avec ceux de la daïra d’Oran, sont intraitables en lançant une vaste campagne axée essentiellement sur le rasage, par tous les moyens, de tous les bidonvilles dressés sur les biens publics ou encore les terres appartenant à l’Etat appelées communément les «services domaniaux».
La première opération a été lancée dans la forêt des Planteurs rattachée au secteur urbain de Sidi El Houari. Elle s’est soldée par la mise à plat d’une dizaine de taudis. Le tissu forestier rattaché au secteur de Bouamama, ex-cité Petit, a connu le même sort. Les services spécialisés ont démoli près d’une dizaine de bidonvilles bâtis sur des terres forestières ceinturant les quartiers de Coca et de Rocher.
La deuxième capitale du pays retrouvera vaille que vaille sa belle image aux couleurs chatoyantes. C’est le défi lancé par la wilaya d’Oran, sommant ses services locaux de stopper ce phénomène, ayant trop terni l’image d’une ville que l’on ambitionne de transformer en métropole méditerranéenne.
La question des bidonvilles a, pendant plusieurs années, été posée à la table des discussions par les précédents walis. Des engagements ont été même pris. En vain. Les mesures engagées ont, depuis plusieurs décennies, été enfouies dans les fins fonds des tiroirs. Le projet tombe aussitôt dans les oubliettes avant qu’il ne soit retiré et une bonne fois, cette fois-ci, par la wilaya d’Oran ayant réitéré l’obligation de passer à l’acte. «Ce n’est que trop», dira-t-on ajoutant que «le phénomène n’a que trop duré face à la passivité et le laxisme des autorités censées reprendre la situation en main».
Dans un temps, désormais révolu, il était beaucoup plus facile d’accaparer un terrain en plein milieu du tissu forestier d’Oran. Il suffisait de quelques plaques de taule et piliers en acier et le tour était joué, le squatteur devenait propriétaire d’un terrain sur lequel il pouvait aisément bâtir son taudis dans l’espoir d’amadouer les commissions en charge du recensement des mal-logés dans le but de les reloger. C’est d’ailleurs le cas constatable dans plusieurs lopins de la forêt d’El Hassi transformée en un laps de temps record en petits douars, dont le douar Tiartia, Rocher, Coca etc.
La wilaya d’Oran se préparant activement à domicilier les Jeux méditerranéens de 2021, n’est plus résiduelle dans sa position en prenant en compte, tout en les mettant en application, toutes les mesures administratives pour stopper la bataille, à la fois criminelle et ravageuse, lancée à l’aide de la tronçonneuse. «Nous sommes prêts à faire face à toutes les situations», dira un cadre de la wilaya ayant requis l’anonymat. Sur sa lancée, il a ajouté que «cette question de bidonvilles doit trouver un jour une solution, le jour J est donc arrivé.»
Au niveau des secteurs urbains concernés ainsi que dans d’autres communes touchées par ce phénomène, l’alerte est au maximum, la lutte contre les bidonvilles est à mener de manière implacable quitte à poursuivre en justice toute personne ayant transgressé la réglementation.
Cette problématique constitue pour le moment une autre priorité, la démolition des bidonvilles qui ont proliféré d’une manière inquiétante, donnant une image affreuse de la deuxième capitale du pays devant jouer le rôle d’une métropole régionale dans quelques années. D’immenses efforts ont été déployés en éradiquant les sites de Bab El Hamra, celui dit DNC, terrain Si Ali, de Cheklaoua, de Nakhil, du Virage ou celui de Hayat Regency.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours