{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Ils s’adonnent au Détournement et au trafic

Les vampires du foncier

Deux directeurs de l’exécutif de wilaya de Médéa ont été placés mercredi sous mandat de dépôt pour corruption, trafic d’influence et perception d’indus avantages dans ce type d’affaire.

L’Algérie est malade de ses cadres, de ses responsables. Nombre d’entre eux, pas tous heureusement, arrivés à des postes de responsabilités décident de ne pas se cantonner à la mission sacrée qui leur est confiée : se mettre au service de la nation et de leurs concitoyens. Ils feront de leurs intérêts personnels, de l’enrichissement illicite une priorité, piétinant, méprisant au passage les lois de la République. Ils avaient pourtant la charge de veiller à leur stricte application. Ils les bafoueront sans vergogne, sans aucun scrupule. Détourner le foncier industriel de sa vocation est devenu un sport national. Toutes les régions du pays en pâtissent. Un acte de « banditisme » qui a pour conséquence de mettre des entraves à l’investissement. A pénaliser tout simplement le développement du pays.
PratiqueLes adeptes de cette pratique qui le font sans foi ni loi représentent une catégorie d’individus qui est loin de s’éteindre. La justice a décidé de leur mener une lutte sans merci et de redoubler de « férocité » dans le cadre de la lutte contre la corruption depuis le déclenchement du mouvement de protestation populaire du 22 février. Une révolte pacifique qui a poussé l’ex-président de la République à renoncer à un 5ème mandat puis à démissionner sous une pression populaire exceptionnelle. Tout comme elle a emporté deux ex-Premiers ministres, d’anciens ministres, des walis et la crème des patrons d’entreprises. Tous croupissent en prison pour des affaires de corruption. Depuis mercredi dernier la liste s’est encore allongée. Deux directeurs de l’exécutif de wilaya de Médéa ont été placés sous mandat de dépôt pour corruption, trafic d’influence et perception d’indus avantages dans une affaire de détournement de foncier industriel. «Il s’agit du directeur des domaines et du directeur de la réglementation et des affaires générales (Drag), poursuivis pour trafic d’influence, corruption et perception d’indus avantages dans une affaire de foncier industriel, sis au centre-ville de Médéa» a indiqué un communiqué du procureur de la République près le tribunal de Médéa, rendu public hier. Cinq autres prévenus, auditionnés également dans le cadre d’une enquête préliminaire menée par les services de police judiciaires de la sûreté de wilaya de Médéa, ont été mis sous contrôle judiciaire, a ajouté la même source. Le foncier industriel qui a fait couler beaucoup d’encre, objet de convoitises anciennes, il constitue tout simplement le nœud gordien de toute tentative à l’investissement. D’importantes parcelles de terrain, à travers le territoire national, ont pourtant été dédiées à l’implantation d’unités industrielles. Elles avaient pour objectif de participer au développement économique du pays dans le cadre d’une stratégie qui devait restreindre sa dépendance au secteur des hydrocarbures, elles ont été tout bonnement détournées de leur vocation. L’Algérie a surtout besoin d’investissements directs qui influeront de manière positive sur son économie hors hydrocarbures.Hors la loiC’est le défi qui est imposé à l’Algérie pour sortir de sa dépendance des recettes pétrolières qui doivent jouer un rôle de premier ordre et déterminant dans cette transition économique qui a besoin d’un climatassaini et basé sur la transparence.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours