{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un 22e vendredi doublement motivant

Magnifique mobilisation

Les manifestants ont marché durant des heures sous un soleil de plomb en chantant «Deuxième indépendance pour l’Algérie et deuxième coupe d’Afrique».

«Le peuple veut son indépendance », criaient des milliers de citoyens.. Admirable. Pour ce 22e vendredi consécutif, les Algériens ont encore une fois envahi les rues de la capitale pour réclamer le départ du système en place. Hier, la manifestation avait une saveur particulière du fait qu’elle coïncidait avec la finale de la CAN 2019 opposant les Verts au Sénégal. Entre peur, espoir et festivité, les milliers de manifestants retenaient leur souffle en attendant 20h, coup d’envoi de la finale... En début de journée, vers 11 h du matin, les manifestants se regroupaient enthousiastes et défilant dans le centre de la capitale. Sous un soleil de plomb, ils chantaient des airs anti-pouvoir en brandissant les drapeaux. Au rythme de « Djazair houra dimokratia », a commencé la grandiose manifestation. La mobilisation ne faiblit pas. Hier encore, des centaines de milliers de citoyens dont des personnes âgées, enfants, hommes et femmes sont sortis manifester et crier leur colère et leur refus catégorique des propositions du gouvernement Bedoui, illégitime, à leurs yeux. Une affluence record, depuis l’avènement du 22 février 2019. Face à cette gigantesque mobilisation, les forces de l’ordre ont essayé de répliquer en installant des barrages filtrants plus que jamais renforcés. Ces pratiques n’ont en rien touché la détermination de ces millions de manifestants. Armés du drapeau et de slogans, les protestataires ont marché durant des heures sous un soleil de plomb en chantant Deuxième indépendance pour l’Algérie et deuxième coupe d’Afrique ». Un vendredi doublement motivant. Au milieu de la foule, des groupes de supporters de l’Equipe nationale qui chantaient déjà la victoire, confiants, souriants et surexcités ont enflammé les lieux. Pour la majorité d’entre eux, le matin est pour le Hirak et le soir pour le football.
Confirmant que malgré leur attachement et amour à la sélection nationale, rien ne peut détourner leur attention et leur devoir envers le pays. « Chaque chose à sa place », lance un des supporters. Engagés et déterminés plus que jamais, les jeunes du Hirak, rencontrés hier, au centre de la capitale, nous ont affirmé qu’ils ne s’arrêteront pas jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, dont le départ immédiat du pouvoir en place, qui reste la principale revendication. On note dans ce même chapitre que la mobilisation était d’une grande ampleur, elle semblait plus importante que celle du 5 juillet dernier. Les manifestants ont déployé des banderoles dans laquelle ils revendiquaient un Etat civil, les messages envoyés sont clairs et n’ont besoin d’aucune lecture particulière. Dans la capitale, un seul mot d’ordre « pas de dialogue avec le reste de la mafia», «vive l’Algérie», «pas de vote», et plein d’autres slogans hostiles au pouvoir et d’autres soutenant l’Equipe nationale. Par ailleurs, ils ont exigé et réclamé la libération immédiate des détenus arrêtés lors des dernières manifestations. Pour rappel, cette 22e démonstration, intervient dans un contexte politique et judiciaire assez particulier dont la mise en détention provisoire de plusieurs manifestants, accusés de «porter atteinte à l’unité nationale» pour avoir brandi le drapeau amazigh n’est pas passé inaperçu...S’agissant du dispositif sécuritaire, rien de surprenant, Alger était bloquée de partout. Un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé pour ce 22e vendredi. Hier encore, tous les axes au centre de la capitale ont été fermés. Alger était littéralement squattée par les casques bleus.
Les grands boulevards de la capitale ont tous été bloqués par des camions stationnés pour interdire le passage aux manifestants. La diffusion de la Can dans des lieux publics a exigé un tel dispositif renforcé, selon un officier supérieur…
 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours