{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Saga judiciaire de la nomenklatura

Promesse d’une rentrée à scandales

Les Algériens sont impatients de connaître les liens et la richesse des ex-membres du gouvernement. Ils attendent avec impatience de lever le voile sur les secrets de la villa de Moretti, apparentée à la caverne d’Ali Baba.

La boucle est-elle bouclée ? Tayeb Louh, l’ex-ministre de la Justice, placé à la prison d’El Harrach jeudi dernier, va-t-il être le dernier ministre de l’ère Bouteflika arrêté ? Loin de là. La liste est encore longue. Des noms d’ex-hauts responsables mêlés à des affaires de corruption ont été cités, mais n’ont pas encore comparu devant la Cour suprême. La rentrée sociale promet donc d’être autant animée par les scandales de la nomenklatura que l’été. Il est ainsi attendu que les ex-ministres cités dans des affaires de corruption défilent devant les juges instructeurs, notamment ceux qui ont été à la tête du département de la culture, de la poste ou encore de la solidarité et de l’habitat. Il faut s’attendre également à l’ouverture d’enquêtes concernant certains hommes d’affaires qui n’ont pas été inquiétés, pour l’heure, par la justice, mais dont les noms ont été mêlés à de multiples dossiers de corruption sur les réseaux sociaux, par les habitants des régions mêmes où les détournements (notamment le foncier) ont été perpétrés. D’autres seront rattrapés par la justice, à la faveur des auditions actuellement en cours des ex-hauts cadres et des hommes d’affaires, déjà en prison. Enfin, tous les ex-responsables qui ont été «épargnés» ou disons-le «protégés» lors des procès des grands scandales qu’a connus, l’Algérie ces vingt dernières années, devront être à nouveau convoqués. En plus du dossier Sonatrach, celui de la banque El Khalifa et de l’autoroute Est-Ouest, il y a lieu de rappeler celui de la Générale des concessions agricoles. Aux côtés de ces anciens procès, il y a les nouveaux comme celui qui vient de s’ouvrir à Oran sur la dilapidation du foncier et qui a amené à une vaste opération d’arrestations, la semaine dernière. Parmi les personnes arrêtées, il y a le frère du général Hamel, l’ex-chef de sûreté d’Oran, un commissaire, un président d’APC, des élus et nombreux hommes d’affaires. Tous, selon les premiers éléments de l’enquête, ont trempé dans la dilapidation du foncier de la capitale de l’Ouest. D’aucuns, ont appris que les enquêtes en attente d’être lancées sont nombreuses : certaines liées à la dilapidation du foncier agricole, d’autres liées aux exportations, au fonctionnement des ports et les privilèges de certains importateurs. La gestion des œuvres sociales passera sous la loupe des enquêteurs, également, ainsi que la gestion des agences de soutien à l’emploi, comme l’Ansej et l’Angem ou encore la Caisse nationale d’assurance chômage et le Fonds national de péréquation des œuvres sociales (Fnpos). Le secteur de la santé, précisément l’importation de médicaments, sera aussi dans le viseur des enquêteurs. La part du lion dans ces investigations sera réservée aux dossiers de surfacturation dans les marchés publics. A ce propos, certaines rumeurs font état d’une enquête qui pourrait être ouverte sur la Grande mosquée d’Alger, dont le coût du projet avait été estimé en 2008 à 900 millions de dollars pour une durée de réalisation de quatre ans avant d’atteindre, 10 ans après, plus de 2 milliards de dollars. Avec autant de scandales, la justice va accaparer l’attention de tous les Algériens dans les prochains mois. Mais pas uniquement à cause de ces nouvelles affaires. Ce sera surtout, en raison des révélations qui seront faites au fur et à mesure que les enquêteurs avancent dans leurs investigations. Les Algériens sont impatients de connaître le mode de fonctionnement pour dilapider les biens du pays, les liens et la richesse des ex-membres du gouvernement, dont la majorité est aujourd’hui en prison. Ils attendent avec impatience de lever le voile sur les secrets de la villa de Moretti apparentée à la caverne d’Ali Baba en raison de l’or, des bijoux et des caisses d’argent qui y ont été découverts. Le «complot» dont sont accusés les détenus à la prison militaire sera, à ne pas en douter, l’un des épisodes les plus attendus.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours