{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

En visite depuis, hier, à Oran

Quel message adressera Gaïd Salah ?

Cette sortie intervient à quelques jours d’une rentrée sociale qui s’annonce cruciale au double plan économique et politique.

Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, effectue depuis hier, une visite de travail et d’inspection en 2e Région militaire à Oran. L’hôte d’Oran, annonce un communiqué du ministère de la Défense nationale, sera sur le terrain pour superviser un exercice naval au niveau de la Façade maritime Ouest. La même source souligne que lors de cette visite, le vice-ministre de la Défense « procédera à l’inspection de certaines unités et tiendra des réunions d’orientation avec les cadres et les personnels de la 2e Région militaire».
Cette sortie intervient à quelques jours d’une rentrée sociale qui s’annonce cruciale, au double plan économique et politique. Que faut-il attendre du général de corps d’armée ? Quel message va-t- il adresser au peuple à quelques jours de la rentrée? Le vice-ministre de la Défense va donc se prononcer dans un contexte très particulier où le pays traverse une sérieuse crise. D’abord, la rue qui ne cesse de réclamer le départ du régime, à sa tête le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah et son Premier ministre, Noureddine Bedoui. A cela s’ajoute l’intrusion au sein du Hirak de slogans trompeurs et même déloyaux. Il y a enfin l’incapacité des acteurs politiques à se hisser à un niveau à même de trouver une solution à la crise, en se mettant à la table du dialogue sans compter que l’élite qui est censée éclairer et guider l’opinion se réfugie par peur derrière le Hirak. Reste le dialogue comme planche de salut que tout ce beau monde refuse de saisir.
Le dialogue est pourtant le concept qui semble une issue intelligente pour une sortie de crise, sauf que ces mêmes acteurs posent des conditions qui ne sont pas forcément partagées par tous, notamment en ce qui concerne la libération des détenus qu’on qualifie de «détenus d’opinion», le chef d’état-major de l’ANP s’était prononcé sur le sujet lors d’une allocution où il avait souligné le fait que ces mis en cause n’ont pas été arrêtés pour des délits d’opinion, mais pour d’autres accusations, «Je tiens à saluer certains professeurs en droit pour avoir éclairé l’opinion publique, et qui n’ont pas hésité à dire la vérité. En effet, après avoir pris connaissance des dossiers des individus arrêtés, ils ont confirmé que ce ne sont pas des détenus d’opinion, comme le clament certaines parties qui tentent d’exploiter ce dossier et que seule la justice est habilitée à trancher sur ce sujet.» Le général de corps d’armée qui a toujours rappelé dans ses interventions les positions du Haut Commandement de l’ANP, affirmant «que nous n’avons aucune ambition politique que celle de servir la patrie et veiller à garantir sa sécurité et sa stabilité», avait-il déclaré lors de sa visite à Blida. «Nous avons en notre possession des informations confirmées sur ces plans hostiles, lesquels nous avons mis en garde auparavant contre leurs dangers et menaces, qui mettent à profit la situation actuelle que traverse notre pays pour tenter d’imposer leurs agendas et impacter sur le cours des évènements.» D’où la nécessité de rester attachés au cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle. Mais aussi la nécessité « d’adopter la voie du dialogue, qui constitue la meilleure issue pour converger les points de vue et mener le pays vers un havre de paix, pourvu que ce dialogue soit mené dans un climat empreint de bonne intention, de sincérité et d’honnêteté, conduit par des personnalités nationales sincères, crédibles et compétentes, qui croient réellement en le dialogue et œuvrent à le faire réussir, n’attendant aucune récompense ou remerciement, mettant en avant l’intérêt suprême de la patrie et se démarquant des préalables qui entravent le processus de dialogue, car nous avons foi dans le dialogue sérieux aux objectifs bien définis, nous le saluons et le soutenons», avait encore souligné le chef d’état-major. L’objectif est bien sûr pour «des présidentielles qui passent impérativement par l’installation diligente de l’Instance nationale indépendante pour la préparation l’organisation et la surveillance de l’élection présidentielle comme extrême priorité dans le processus du dialogue national». L’on s’attend donc à ce que le vice-ministre de la Défense revienne sur ces mêmes positions, mais aussi en ce qui concerne les affaires de corruption qui évoluent pertinemment ayant conduit jusqu’à la mise en détention de l’ex-ministre de la Justice. Une première dans les annales.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours