{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le SG de l’ONM, Saïd Abadou, n’est plus

Un fils de Novembre s’en va

Décédé à l’âge de 84 ans, le secrétaire général de l’Organisation des moudjahidine a été enterré jeudi à El Alia

La maladie a été plus forte. Saïd Abadou n’a pu lui résister. Cela sera le dernier combat qu’il aura eu à mener. Le SG de l’ONM nous quitte en plein Hirak, ce mouvement de contestation populaire et pacifique qui aspire au changement et auquel son organisation a apporté son soutien. Il laissera donc une nouvelle Algérie en gestation qui se dirige tout droit vers ce destin qu’elle se sera donné, qu’il ne verra pas. La faucheuse en a décidé ainsi. Il fallait s’y attendre. La détérioration de l’état de santé de Saïd Abadou a conduit l’Organisation des Moudjahidine à lui désigner, le 27 mai dernier, un successeur. Mohand Ouamar Benelhadj avait été chargé de la gestion des affaires de l’organisation. « Le secrétaire général (SG) de l’Organisation nationale des Moudjahidine et ancien ministre des Moudjahidine, Saïd Abadou est décédé, mercredi soir, à l’âge de 84 ans, des suites d’une longue maladie, a annoncé l’ONM. Né le 17 janvier 1935 à Biskra, le défunt a rejoint tôt les rangs de la Guerre de Libération nationale. Il était officier au sein de l’Armée de Libération nationale (ALN) dans la Wilaya VI historique jusqu’à son arrestation, en 1961, par l’armée française lors de la bataille de Mélika à Ghardaïa. Au lendemain de l’indépendance, le défunt a occupé le poste de mouhafedh du parti du Front de Libération nationale dans les wilayas de Ouargla, Béchar et Tiaret. Il a été élu, par la suite, député à l’Assemblée populaire nationale, avant d’occuper le portefeuille du ministère des Moudjahidine de 1994 à 1999. Dans un message de condoléances adressé à sa famille, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a mis en exergue l’engagement du défunt pendant la guerre de Libération nationale, ainsi que sa disponibilité au service du pays une fois l’indépendance acquise. Le chef de l’Etat lui a rendu un vibrant et émouvant hommage. «Que vacillants sont les temps, à peine le peuple algérien a-t-il fini de se congratuler à l’occasion de l’Aïd El Fitr, qu’il se voit aujourd’hui frappé par la disparition d’un fils valeureux, qui a consacré la majeure partie de sa vie à son service, un militant loyal du mouvement politique, un moudjahid vaillant de la Guerre de Libération nationale et un responsable engagé, qui a contribué à l’édification de l’Etat algérien moderne…», a écrit Abdelkader Bensalah dans un message adressé aux proches de Saïd Abadou.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours