{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Début de l’élection présidentielle à l’étranger

Un vote sous tension en Europe

Le début du vote à l’étranger marque le coup d’envoi officiel de l’élection présidentielle.

Les électeurs de la communauté algérienne établie à l’étranger ont commencé à voter depuis samedi, pour l’élection présidentielle du 12 décembre. Ils auront toute la semaine en cours pour accomplir leur devoir citoyen, comme prévu dans la loi organique relative au régime électoral, stipulant qu’il « est octroyé une durée de 120 heures pour le vote de la communauté nationale établie à l’étranger ». Ce début intervient cinq jours avant le déroulement du scrutin au niveau national et avant même la clôture de la campagne électorale.
des manifestants anti-élection ont investi les alentours de certains centres de vote pour exprimer leur opposition à la tenue de l’élection présidentielle. Ainsi, les Algériens résidant à l’étranger se sont rendus «parfois même en masse » aux bureaux de vote pour exprimer, à la fois, leur adhésion au choix du processus électoral comme unique sortie de crise et élire le futur président de la République. En témoignent, en effet, les images largement diffusées par la télévision publique algérienne, appuyées par des interviews et des impressions recueillies auprès de nos concitoyens sur place. Le mot d’ordre illustré et partagé par ceux-ci est : «On est des Algériens à part entière et on est toujours là, présents pour répondre à l’appel du pays.» Ou encore, «l’Algérie est un pays démocratique et par conséquent, tout le monde est libre d’exprimer son choix». Nos compatriotes se sont déplacés vers les lieux de vote en toute quiétude dans des pays arabes, à l’exemple de l’Egypte. Le représentant de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a affirmé que «l’opération de vote programmée au Caire et à Alexandrie, se déroule dans de bonnes conditions».
Concernant le taux de participation, le responsable de la communication à l’Anie, Ali Draâ, a déclaré qu’il «est trop tôt pour avancer un chiffre sachant que l’opération s’étalera sur six jours». Toutefois, ce début du scrutin à l’étranger est qualifié de «timide, laborieux, difficile et se déroulant sous tensions et sécurité renforcée», du fait du rejet et des protestations enregistrées dans certains pays. Particulièrement en France où vit une importante communauté algérienne, plusieurs manifestations et rassemblements ont été organisés au niveau des centres de vote avant même l’ouverture des bureaux. Dans plusieurs autres pays d’Europe (Belgique, Suisse, Espagne et Grande-Bretagne), les éléments de la police et de la gendarmerie présents aux centres de vote, ont parfois dû intervenir afin d’éviter tout contact physique entre les électeurs et les contestataires. Au Canada, la diaspora algérienne s’est mobilisée pour mener des actions pacifiques afin de dissuader les personnes décidées à aller voter, à travers une «campagne zéro vote». Des rassemblements ont lieu samedi et dimanche devant le siège du consulat général d’Algérie à Montréal. Une marche a été organisée, hier, dans les rues de cette ville pour exprimer le refus de participer à l’élection.
Par ailleurs, le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) avait souligné que les ambassades et les consulats dans les différentes villes à travers le monde étaient « prêts à 100% pour mener à bien l’opération de vote pour la communauté nationale établie à l’étranger ». Il avait appelé, en outre, ceux qui tentent de « perturber le déroulement du vote de concitoyens à l’étranger à respecter l’avis de l’Autre et à ne pas recourir à la violence à l’encontre d’une personne qui souhaiterait voter ».
Pour rappel, ils sont 914 308 électeurs inscrits au niveau des centres diplomatiques et consulaires à l’étranger, selon le Fichier électoral national électronique élaboré par l’Anie. Ils sont répartis sur 60 centres et 395 bureaux de vote, à travers huit zones géographiques supervisées par huit coordonnateurs de l’Anie. S’agissant de l’encadrement de l’opération de vote, le président de l’Anie a fait état de la mobilisation d’un total de 501 031 encadreurs et de pas moins de 114 commissions électorales.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours