{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi Ouzou

Une marche dédiée au Rebelle

Le climat festif caractérisant les marches des étudiants chaque mardi à Tizi Ouzou, était également de mise.

Les milliers d’étudiants de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou qui ont pris part à la fameuse et traditionnelle marche du mardi ont dédié cette action à Matoub Lounès, le poète et militant assassiné le 25 juin 1998 et dont on a commémoré, hier, le 21e anniversaire de son assassinat.
Bien qu’une grande partie des étudiants de l’université Mouloud Mammeri se soit rendue au village Taourirt Moussa pour prendre part à la commémoration du 21e anniversaire de l’assasssinat de Matoub Lounès, les autres ont choisi de rester dans la ville de Tizi Ouou pour marcher et ce, pour la 18e fois consécutive depuis le premier mardi ayant succédé au 22 février dernier. Le fait que la journée d’hier ait coïncidé avec la journée commémorative de l’anniversaire de l’assassinat du Rebelle, n’a pas empêché les étudiants de l’université de Tizi Ouzou de sortir encore, hier, par milliers pour exiger la poursuite du processus de changement politique à la tête du pouvoir algérien.
Les étudiants ont brandi deux sortes de slogans. Les premiers ont trait à la révolte populaire en cours, et dont le but consiste à exiger le départ de tous les symboles de l’ancien système, dont Abdelkader Bensalah et Noureddine Bedoui. Et les seconds sont relatifs à l’identité berbère. Les étudiants ont exhibé comme d’habitude le drapeau amazigh qui est le signe de l’attachement de tout le peuple algérien, des quatre coins du pays, à ses origines amazighes, mais aussi à sa langue et culture berbères, devenues nationales et officielles successivement en 2002 et en 2016. C’est au niveau du portail principal d’accès au campus de Hasnaoua de l’université Mouloud Mammeri, que par milliers, les étudiants et les étudiantes s’y sont regroupés, avant de battre le pavé, en parcourant les boulevards habituels jusqu’au carrefour Matoub-Lounès, situé à l’entrée ouest de la ville de Tizi Ouzou.
En plus des drapeaux culturels amazighs, les étudiants ont également brandi, tout naturellement, l’emblème national indispensable dans ce genre de manifestations, car le combat en cours ne vise autre chose qu’à revendiquer une Algérie meilleure et une démocratie majeure, faut-il le rappeler. Profitant aussi de la coïncidence de la marche des étudiants avec l’anniversaire de l’assassinat du Rebelle, des manifestantes et manifestants étaient munis de centaines de portraits et de photos de Matoub Lounès. Ses chants, notamment les plus engagés, dont Slaâvits ayabahri et tant d’autres n’ont pas cessé de retentir. Des slogans en faveur de l’amazighité étaient aussi mis en avant comme «Anwa wigui d’Imazighen», «Mazalagh d’Imazighen», «Assa azzekka tamazight tella, tella», «ulac smah ulac», «Pouvoir assassin» et tant d’autres ont été chantés et clamés en chœur par les milliers de voix.
Le climat festif caractérisant les marches des étudiants chaque mardi à Tizi Ouzou, était également de mise, hier. De bout en bout, la procession humaine a progressé dans un climat pacifique où il n’ y avait aucune place à un aucun incident de quelque nature que ce soit et aussi petit soit-il.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours