{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Pénurie de médicaments et de dispositifs médicaux

La liste s’allonge

Le syndicat des pharmaciens Snapo estime à 200 le nombre de médicaments en rupture de stock.

Les perturbations dans l’approvisionnement en médicaments despharmacies d’officine et des établissements de santé se poursuivent etla liste des médicaments s’allonge un peu plus chaque semaine. Les pénuries ne concernent pas uniquement les médicaments. le Syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo) estime à 200 le nombre de médicaments, locaux ou importés, en rupture de stock. Toutes les catégories de médicaments sont touchées par la pénurie. Patients et médecins sont dans l’embarras. En effet, actuellement, plusieurs associations de patients sont montés au créneau pour dénoncer la rupture des dispositifs médicaux. C’est le cas de la Fédération des personnes handicapées qui pose le problème des « sondes » indispensables pour cette frange de la société et qui ne sont pas disponibles pour le moment. Selon un confrère, une étude commandée par l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (Unop) à la société Immar Research & Consultancy, fait état de cette pénurie du médicament. Cette enquête indique que plus de 42% de la population s’adressent à trois pharmacies et plus pour trouver leurs médicaments. Ce déficit en médicaments et en dispositifs médicaux, explique-t-on, est dû aux « restrictions appliquées sur les autorisations d’importation. » Cette situation difficile a fait saisir le ministère de la Santé par le Snapo qui sollicite une intervention rapide. Il demande à la tutelle d’organiser rapidement une réunion de la « cellule de veille » avec tous les acteurs concernés, afin de trouver une solution à cette situation.
Ces 200 médicaments sont en rupture sur le marché national depuis plusieurs mois, a-t-on fait savoir lors des 7ème rencontres scientifiques du Snapo tenues récemment à Oran. Les malades, les pharmacies aussi, subissent douloureusement ce manque flagrant de produits, même dans les hôpitaux, surtout ceux destinés aux malades chroniques. Ainsi, est-il signalé, que quelque 5 000 pharmaciens sont concernés par cette perturbation apparue dans le secteur. Le citoyen ne trouve pas de médicaments qui lui sont prescrits et les médecins sont contraints d’ordonner des médicaments de substitution à leurs patients. Toujours selon ce confrère, le DG de la Pharmacie centrale récuse toute crise de médicaments dans notre pays affirmant que des stocks de sécurité de six mois ont été constitués. Le Snapo s’interroge alors sur cette pénurie, alors que les autorisations des programmes d’importation de 2018 ont déjà été signées.
La rareté de plusieurs médicaments d’importance vitale comme ceux utilisés pour le traitement du cancer, du diabète, de l’hypertension artérielle, de l’asthme, ou encore ceux des traitements psychiatriques est constatée.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours