{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Oran

«Le retour à la source est une vertu»

«Rien n’a été laissé au hasard. Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour un baccalauréat sain et serein», a affirmé le directeur de l’éducation, Slimani Arezki, ajoutant que «ces épreuves se tiennent dans de très bonnes conditions».
Sur sa lancée, il a, toutefois, relevé «l’absence relative de quelques candidats indépendants». C’est donc parti pour près de 23 000 candidats, tous enthousiastes en aspirant arracher dignement le billet leur permettant l’accès aux études supérieures dans le respect total des règles régissant le jeu, le baccalauréat dans l’honnêteté totale.
Adolescents qu’ils sont, ils se sont, d’ores et déjà, imprégnés de l’esprit de responsabilité en réparant, en toute conscience, le tort causé par leurs prédécesseurs dont plusieurs ont été pris en flagrant délit de tricherie et renvoyés.
Dans leurs belles toilettes, filles et garçons, se sont rendus dans les centres d’examen pour, beaucoup plus, donner la meilleure image d’un examen pour lequel ils se sont préparés durement. Tout comme, ils mettent les bouchées doubles en se joignant à ces appels plaidant pour un examen sans truanderie ni tricherie. Un tel constat a été relevé lors de la virée effectuée par L’Expression dans plusieurs centres d’examens. Ces lycéens, offrant une meilleure image, sont plus que convaincus que le « retour à la source est une vertu».
«Vivement le bac pour lequel les préparatifs commencent dès le premier jour de la terminale et non pas sous la forte pression et l’empressement des journées se rapprochant du jour J.» Plusieurs lectures sont plausibles en écoutant ces adolescents agir de telle sorte tout en s’exprimant en adultes.
«La réussite dans le baccalauréat est le fruit de longues nuits de préparatifs», dira le candidat Abdelkader. « Je ne fraude pas », a-t-il ajouté menaçant de son appétence quant à «dénoncer toute tentative de tricherie qu’il relève chez ses camarades». En réfléchissant de telle sorte, ces lycéens ne sont-ils pas influencés par le mouvement populaire lancé depuis le 22 février dénonçant « les fraudes lambda ?

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours