{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La crise administrative loin de connaître le dénouement

Jusqu’où pourra tenir l’USMA ?

La direction doit huit mois de salaires aux joueurs de la saison dernière, alors que les nouvelles recrues n’ont perçu encore aucun centime, tout comme les membres du staff technique et les autres employés.

En deux matchs, en Champions League et en championnat, l’USM Alger a fait le plein. Elle est allée s’imposer au Niger face à Soniped (2-1) au match-aller du tour préliminaire de la C1, avant de s’imposer, sur le même score et au bout du suspense, lors de la journée inaugurale du championnat face à l’ES Sétif au stade Omar-Hamadi de Bologhine. Deux prestations qui arrivent au moment où personne ne donnait cher de la peau de cette équipe, pourtant championne d’Algérie en titre, étant donné qu’elle traverse une crise administrative encore très loin de connaître son épilogue. Le blocage du compte du club fait que toutes les transactions financières sont bloquées avec. A commencer par le salaire des joueurs ainsi que le paiement des différents frais, notamment ceux du déplacement.
Chez les joueurs, l’on commence, petit à petit, à perdre espoir de voir la situation s’arranger, sachant que la direction doit huit mois de salaires aux éléments de la saison dernière, alors que les nouvelles recrues n’ont perçu encore aucun centime, tout comme les membres du staff technique et autres employés. Billel Dziri, l’entraîneur des Rouge et Noir, tente tant bien que mal de tirer le meilleur de ses joueurs, mais sait pertinemment que cela ne peut durer encore plus. Il tire la sonnette d’alarme en indiquant qu’il faudra solutionner au plus vite ce problème, puisqu’il finira, tôt ou tard, par se répercuter négativement sur l’équipe. « Cette crise financière n’a que trop duré. En cas de qualification au prochain tour de la Ligue des champions, nous devons trouver encore des moyens pour nous déplacer. Une solution dans l’immédiat est plus que nécessaire », a-t-il dit, annonçant au passage que pour le voyage à Constantine pour affronter le CSC, demain dans le cadre de la deuxième journée du championnat de Ligue 1, la direction du club a sollicité des crédits pour y parvenir. Déjà que l’équipe allait déclarer forfait pour le déplacement du Niger, n’était-ce l’intervention de l’éventuel futur repreneur du club, le Groupe Al Hayat Petroleum, pour prendre en charge le voyage. « Si la crise persiste encore, il vaut mieux fermer la porte du stade et partir. On ne peut pas continuer à travailler dans de telles conditions. Les joueurs sont des responsables de familles. Le club est géré actuellement sans argent », regrette encore l’ancien capitaine emblématique des Rouge et Noir. L’équipe tient bon jusqu’à l’heure, certes, mais ne pourra tenir encore longtemps. Des appels de détresse sont lancés un peu partout pour que les autorités algériennes interviennent et débloquent la situation. L’on croise les doigts chez les Rouge et Noir en attendant des jours meilleurs.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours