{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Coup d'afrique 2019 : Demain soir au stade international du Caire , Egypte-Zimbabwe

Les Pharaons sous pression

L’égypte est considérée comme grande favorite face aux trois autres sélections du groupe A.

L’équipe égyptienne a, de tous temps, été favorite dans les différentes phases finales de la CAN. Aujourd’hui, les Pharaons ont plus que jamais, ce même statut en disputant l’édition actuelle chez eux. Ils ouvriront ce bal africain en recevant une équipe zimbabwéenne qui a bien gagné en confiance ces dernières années.
Vice-champions d’Afrique en titre, les hôtes de la compétition veulent bien profiter de l’avantage d’évoluer à domicile devant un fidèle et fervent public qui retrouve son équipe, après des années de huis clos forcé.
Les fans des Pharaons ont tous les yeux rivés sur Mohamed Salah, maître à jouer et surtout atout majeur de cette solide et expérimentée formation égyptienne. L’Egypte et le Zimvbawe se trouvent dans le même groupe que la RD du Congo et l’Ouganda.
Le coach Mexicains des Pharaons, Javier Aguirre, nommé depuis le dernier mondial l’année passée, a bien métamorphosé l’équipe, autour de Salah.
Ayant raté le Mondial 2018 à cause d’une blessure, Salah veut bien se racheter et confirmer toute sa classe et sa vista, devant ses propres compatriotes. Il arrive cette année en pleine possession de ses moyens et auréolé d’une victoire en Ligue des champions d’Europe, ce qui veut dire qu’il est gonflé à bloc pour bien entamer cette compétition continentale chez lui. D’ailleurs , le sélectionneur mexicain des Pharaons, Javier Aguirre, a assuré : « Nous avons démarré le camp d’entraînement le 6 juin et le niveau que nous avons atteint jusqu’ici est très bon». «Nous suivons cette équipe depuis quelque temps et nous savons à quelle point elle est forte», a-t-il ajouté, alors que l’Egypte est considérée comme la grande favorite face aux trois autres sélections du groupe A: le Zimbabwe, l’Ouganda et la République démocratique du Congo.

Côté zimbabwéen, les Warriors sont en pleine confiance
Redoutables en contre-attaques bien maîtrisées, ils n’ont concédé qu’une seule défaite (1-0 au Liberia) en six rencontres des éliminatoires. Les coéquipiers de Knowledge Musona (Anderlecht) vainqueurs de deux des trois dernières éditions de la COSAFA Cup (2017 et 2018), paraissent avoir gagné en consistance.
De par sa riche expérience, le coach Sunday Chidzambwa (67 ans), premier capitaine d’une Equipe nationale, après l’indépendance du pays, il devint ensuite le premier entraîneur local à mener une équipe du pays jusqu’à une finale de Ligue des champions d’Afrique, avec le Dynamo de Harare en 1988. Franc-parler garanti avec ce sélectionneur qui ne mâche pas ses mots. Le Zimbabwe va connaître les honneurs de défier l’Egypte, demain au Caire, lors du match d’ouverture de la CAN-2019. Mais l’attaquant du Havre, Tino Kadewere, voit plus loin: inspirés par le parcours de l’Ajax Amsterdam en Ligue des champions, ses Warriors veulent «écrire l’histoire» du continent.
Pour Kadwere, «c’est d’abord un honneur de disputer la CAN. Jouer contre le pays hôte lors du match inaugural, face au meilleur joueur africain qui est l’un des meilleurs du monde, ça l’est encore plus. Ça ne sera pas facile, mais nous allons en Egypte pour faire notre devoir et représenter notre pays. Ils ont un grand avantage en jouant à domicile, mais pour moi c’est équilibré. Nous avons une bonne équipe aussi. Nous voulons écrire l’histoire.», a t-il conclu. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours