{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

CAN-2019

Quel bilan pour les stars ?

Cette coupe d’Afrique des nations 2019, remportée par l’Algérie, était considérée comme l’une des plus relevées de ces dernières années.

Riyad Mahrez
Capitaine et leader technique de son équipe, Riyad Mahrez a été l’un des grands artisans du sacre algérien. Avec l’aisance qu’on lui connaît, il a plus d’une fois déstabilisé les défenses adverses et fait des différences. En plus d’un apport offensif certain, il a aussi prouvé qu’il était capable de se mettre au service du collectif et de l’équipe. A plusieurs reprises, il a réalisé des retours défensifs efficaces. Auteur de
3 buts, dont un coup franc qui restera dans les mémoires des Algériens, face au Nigeria en demi-finales, Mahrez a prouvé qu’il faisait partie des meilleurs joueurs du continent.

Sadiou Mané
Pour sa part, Sadiou Mané, L’attaquant sénégalais star de Liverpool était attendu cette année. Après avoir purgé sa suspension lors du premier match de poules, il a eu du mal à entrer dans la compétition, il est monté en puissance, tout au long de cette dernière. Ses statistiques qui auraient pu être plus belles encore s’il n’avait pas manqué deux penalties. Il a quand même permis aux siens de disputer une finale de CAN 17 ans après.

Mohamed Salah
Si l’Egypte a été décevante dans cette compétition, ce n’est pas le cas de toute son équipe. Outre la prestation remarquée de Trezeguet, Mohamed Salah a lui été efficace.
Quand même bien loin de celui que l’on voit évoluer sous les couleurs des Reds, l’attaquant égyptien a tout de même répondu présent lorsque son équipe en avait besoin.
Deux buts qui ont permis à l’Egypte de faire un sans-faute en poules. Il n’a cependant pas pu éviter l’élimination des siens en 8es face à l’Afrique du Sud.

Kalidou Koulibaly
Considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du monde actuellement, Kalidou Koulibaly n’a pas montré toute l’étendue de son talent dans cette CAN avec le Sénégal, même s’il a fait preuve de sérieux, tout au long de la compétition. Pas anodin si son équipe n’a encaissé que deux petits buts dans cette CAN. Mais on attendait forcément plus de leadership et d’autorité pour le joueur qui sortait d’une grosse saison avec Naples. Son absence en finale face à l’Algérie a peut-être été préjudiciable.

Naby Keita
Il n’a joué que deux matchs dans cette compétition mais a montré qu’il était indispensable dans l’entrejeu guinéen. Blessé avec Liverpool, Naby Keita avait été contraint de débuter sur le banc le premier match de poules. Mais dès son entrée, sa qualité technique et sa capacité à casser les lignes ont permis à son équipe de montrer un meilleur visage, surtout offensivement. Dans des conditions climatiques difficiles, il a aussi eu du mal à tenir physiquement dans ses matchs. Face au Nigeria, il aura beaucoup tenté avec plus ou moins de réussite et aura surtout beaucoup subi de fautes. Le milieu guinéen finira même par faire une «rechute» qui obligera son entraîneur à le faire sortir. Il ne foulera plus les pelouses de la CAN par la suite.

Hakim Ziyech
Suite à sa grosse saison à l’Ajax, on espérait un grand Hakim Ziyech dans cette CAN. Et pourtant, il n’a été que l’ombre de lui-même avec le Maroc. Un joueur cramé physiquement et mentalement qui n’aura jamais réussi à sortir la tête de l’eau, bien au contraire. Il n’a pas été à la hauteur de l’évènement et surtout à la hauteur de son statut. Jamais décisif (aucun but et passe décisive), il a aussi coûté l’élimination des siens en loupant un penalty en toute fin de match face au Bénin. Un échec cuisant pour lui qui rêvait secrètement de soulever une coupe d’Afrique avec le Maroc. Il devra relever la tête tout comme son pays qui a connu un énième échec.

Nicolas Pépé
Cette année, le championnat de France découvrait le talent de Nicolas Pépé. Celui qui affolait les pelouses de France, décisif à 33 reprises en 38 matchs, n’aura pas réussi à l’être pendant cette coupe d’Afrique. Beaucoup trop discret dans son couloir droit, il a fini par perdre sa place dans le Onze ivoirien au profit de Wilfried Zaha. Physiquement pas au niveau d’une coupe d’Afrique, il a traversé la compétition tel un fantôme. Même s’il a parfois eu quelques fulgurances, il n’a jamais réussi à combiner avec ses partenaires, la faute à un manque d’automatisme criant avec ses coéquipiers d’attaque.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours