Accueil |Internationale |

ELLE PROMET DE BANNIR LE 19 MARS

Marine Le Pen à la conquête des harkis

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Marine sur les traces de son pèreMarine sur les traces de son père

La présidente du Front national place l'Algérie au coeur de la course à l'Elysée en 2012.

La date du 19 mars 1962 qui marque l'entrée en vigueur du cessez-le-feu en Algérie est aussi celle de la fête de la Victoire. Y attenter revient à toucher à un des symboles de la Révolution algérienne. La présidente du FN semble vouloir s'y atteler. Quitte à compliquer davantage sa position par rapport à l'Algérie. C'est à se demander de quoi seront faites les relations algéro-françaises, déjà bien tourmentées, si un jour Marine Le Pen était élue à la tête de la République française. Cela doit être apparemment, le dernier de ses soucis. Elle affiche délibérement, sa volonté à remettre en cause les accords passés et ratifiés entre l'Algérie et la France, particulièrement en ce qui concerne l'immigration. Candidate à la prochaine élection présidentielle et n'ayant plus les faveurs des sondages Marine Le Pen part à la conquête des voix des pieds-noirs et des harkis. Elle montre qu'elle est disposée à franchir un pas supplémentaire: réécrire l'Histoire en leur faveur. Effacer de la mémoire collective des dates qui constituent un repère dans l'édification de l'Etat algérien moderne. Elles marquent surtout la fin d'un empire français dont le déclin s'est amorcé par la débâcle de Diên Biên Phu, pour subir un enterrement de première classe dans les massifs du Nord Constantinois et de Kabylie: Marine Le Pen ne l'avouera pas. Elle préfère jouer sur les cordes sensibles. Celles qui ont contribué à tisser le lit de la haine, de l'intolérance et du racisme. La loi du 23 février 2005 qui glorifie la colonisation se tient en embuscade. Entre les mains de Marine Le Pen, elle deviendrait une arme de destruction massive. La dirigeante du Front national a cependant, une priorité: «J'exigerai en tout premier lieu le respect de vos morts et des cimetières que vous avez laissés là-bas. Je bannirai la date du 19 mars 1962 de l'histoire de France», a promis la pasionaria d'extrême-droite, samedi, à l'occasion d'un déplacement qui l'a conduite à Barcarès, près de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. «Une date honteuse de l'histoire de France» pour une majorité de rapatriés et de harkis. Ces supplétifs de l'armée française laissés-pour-compte en 1962. Marine Le Pen leur promet d'en effacer la trace et de les rétribuer pour les services rendus à la France. Prix de la trahison envers leur patrie d'origine: l'Algérie. «Si je suis élue présidente de la République, il est bien entendu que je réglerai d'une manière définitive tous les problèmes liés à votre exode forcé, tant d'un point de vue juridique que pécuniaire ou moral», affirme t-elle à une assistance réceptive à ce type de promesses. Une générosité bien calculée: donnant-donnant. Quoi de plus naturel pour la patronne du parti d'extrême droite que de remuer le couteau dans la plaie pour séduire un électorat encore fortement sensible aux thèses de l'Algérie française. En ce sens, elle confirme qu'elle est bien la fille de son père. Si Jean-Marie Le Pen s'est illustré par ses thèses négationnistes en ce qui concerne l'Holocauste, son héritière ne fait pas non plus dans la dentelle et promet de réécrire l'Histoire de la guerre d'Algérie. Pour sans aucun doute pérenniser la tradition et suivre pas à pas le sillon tracé par son géniteur. Tel père, telle fille. Une affaire de famille vraisemblablement. Une haine de l'étranger. De l'Algérien surtout et une nostalgie d'une Algérie sous domination française dont l'occupation s'est arrêtée un jour de mars 1962. Une date qui a marqué un des plus cuisants revers infligé à une expédition militaire autant féroce que redoutable. La torture, les enfumades, les bombardements au napalm, les exécutions sommaires...ont constitué ses fers de lance. Un arsenal militaire et psychologique, qui avait pour but de réduire les Algériens au rang de sous-hommes. La dialectique s'en est emparée et a produit tout à fait le contraire de l'effet escompté. Ces méthodes ont semé les graines de la révolte qui ont conduit à l'indépendance un peuple algérien qui s'est avéré indomptable. C'est certainement ce qui est surtout resté en travers de la gorge de Marine Le Pen.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (20)

Mazigh - France 29/08/2011 08:01:29
Pour casser l'action fasciste de Marine Le Pen , l'Algérie , à l'occasion du cinquantième anniversiare de son "indépendance" devrait aussi pardonner les Harki et fils et filles de Harkis et les laisser entrer librement dans leur pays natale et par la même le pardon de la France ne doit pas être exclu de cette action.
0
T3tsuo - France 29/08/2011 08:36:54
Assez drôle de lire vos commentaires sur le fait que MLP souhaite donner sa vision de la guerre d’Algérie, alors même que vous donnez la votre !

"La torture, les enfumades, les bombardements au napalm, les exécutions sommaires...ont constitué ses fers de lance. Un arsenal militaire et psychologique, qui avait pour but de réduire les Algériens au rang de sous-hommes."

Bunh voyons, les chambres a gaz et les déportés en train aussi ?

"Ces méthodes ont semé les graines de la révolte qui ont conduit à l'indépendance un peuple algérien qui s'est avéré indomptable."

Indomptable ? Les ottomans sont arrivés en 1515, pour en partir en 1830 quand les français sont arrivés... C'est vrai que plus de 4 siecles c'est pas grand chose...

Soyez objectifs dans vos écrits au lieu de faire de l'anti frontiste primaire !
0
cazuela - France 29/08/2011 08:56:28
Ah qu'il est tentant de réécrire l'Histoire quant le présent offre si peu de satisfactions!
Non, il n'y a pas eu de déroute dans le Nord Constantinois ni en Kabylie...mais une politique française dirigée par de Gaulle qui voulait se débarrasser du "fardeau" algérien.
En quoi, la date du 19 mars célébrée en France ou non, vous concerne-t'elle? C'est parce que votre gouvernement ne la commémore plus que vous tenez tellement à la faire vivre en France ?
Débarassez-vous du syndrome du colonisé post-colonial, créez des emplois pour que vos 4 millions de compatriotes qui se sont exilés dans l'ancienne Métropole puissent rentrer au pays et contribuer à son développement et son essor. Investissez vos excédents financiers dans des investissements créateurs d'activités nouvelles et d'emplois pour que vos jeunes retrouvent la foi dans leur pays. Chassez la corruption qui gangrènent les rouages de votre administration et...fêtez 19 mars, 5 juillet, 1er novembre...ppur le plus grand bien des vendeurs de feux d'artifice.
0
Nicole Protoy - France 29/08/2011 09:20:41
Je ne félicite pas le "journaleux" qui a écrit cet article.....quand on ne connaît pas "LA" situation dans SA vérité (Vérité falsifiée depuis des décennies) ....on se garde bien de commenter une histoire que l'on n'a pas vécue et donc que l'on ne peut que interpréter .....- quotidien = torchon = petit
0
salva 29/08/2011 10:49:16
Les français sont partis depuis 50 ans. Nous, on a fait quoi???? On a avancé ou reculé ????
0
Jilali - Maroc 29/08/2011 12:32:43
.....Les relations algéro-françaises, déjà bien tourmentées,
Elles le sont et le seront avec les pays du monde entier tant que l'état algérien est un état voyou. Nous ne sommes ami qu'avec les états voyous comme nous.
Un algérien du Maroc
0
alia - algerie 29/08/2011 13:10:56
qu'elle aille se faire voir !
0
non - france 29/08/2011 14:32:08
Ce sera un tel plaisir que de regarder au 20h de France 2 les Algériens embarquer à Marseille direction le retour dans leur pays.

L’Algérie aux Algériens, cela ne me pose pas de problème. Mais la France aux Français, et ce n'est pas négociable.

Je pense que toute colonisation est par définition une mauvaise chose, à moins que l'endroit soit vide d'occupants, ce qui fût très rare au cours de l'histoire. La colonisation européenne : une mauvaise chose. La colonisation actuelle de l'Europe : une mauvaise chose aussi.

La seule question qui compte est la suivante : quelle dose de violence sera nécessaire pour obtenir le départ des colons?
0
Riton - France 29/08/2011 15:19:04
Si la blonde arrive au pouvoir, je demande l'asile politique à l'Algérie... A condition bien sûr que je ne sois pas fusillé avant !
0
delaporte - belgique 30/08/2011 09:11:50
"La torture, les enfumades, les bombardements au napalm, les exécutions sommaires .." Hé Mohamed tu oublies du côté FLN les égorgements de vieillards de nourrissons, les enfants avec le crâne fracassé contre les murs, les éventrations de femmes enceintes, les émasculations ...etc etc .. Que Melouza baignant dans le sang est un beau village qui sent bon l'humanisme et la tolérance algériennes !!!!!!!!!!!!
1
12nexttotal :20| Affiché :1 - 10

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha