Prévisions pour le 22 Septembre 2018

 Adrar Min 27 °C Max 38 °C
23
 Laghouat Min 16 °C Max 28 °C
32
 Batna Min 13 °C Max 23 °C
30
 Biskra Min 20 °C Max 32 °C
34
 Tamanrasset Min 20 °C Max 29 °C
30
 Tlemcen Min 17 °C Max 27 °C
32
 Alger Min 19 °C Max 27 °C
34
 Saïda Min 16 °C Max 28 °C
32
 Annaba Min 22 °C Max 26 °C
4
 Mascara Min 15 °C Max 29 °C
32
 Ouargla Min 24 °C Max 32 °C
30
 Oran Min 20 °C Max 30 °C
34
 Illizi Min 22 °C Max 36 °C
30
 Tindouf Min 24 °C Max 36 °C
34
 Khenchela Min 14 °C Max 22 °C
39
 Mila Min 17 °C Max 27 °C
12
 Ghardaïa Min 20 °C Max 30 °C
34
Accueil |Internationale |

APRÈS PLUSIEURS JOURS DE RAIDS AÉRIENS

L'armée syrienne progresse dans Alep

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
La fière métropole syrienne, Alep, n'est plus qu'un champ de ruinesLa fière métropole syrienne, Alep, n'est plus qu'un champ de ruines

Des soldats syriens ont pénétré à la mi-journée (hier) dans le quartier Farafira, situé en bordure de la vieille ville à proximité de l'imposante citadelle qui domine la deuxième agglomération de Syrie.

L'armée syrienne a pris hier le contrôle d'un quartier rebelle du centre d'Alep après plusieurs jours d'intenses bombardements aériens ayant fait de nombreux morts et provoqué l'indignation des pays occidentaux. Une source militaire à Damas a précisé que l'armée en avait «repris complètement le contrôle» après «avoir neutralisé plusieurs terroristes». Cette avancée a été confirmée par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh, basé en Grande-Bretagne), qui a toutefois précisé qu'elle se résumait à la reprise de «quelques bâtiments» dans le «petit quartier de Farafira». Ce secteur est situé sur «la ligne de front» qui sépare depuis 2012 les quartiers tenus par le gouvernement à l'ouest et ceux contrôlés par les rebelles à l'est. C'est pour reconquérir l'ensemble d'Alep que l'armée syrienne a lancé jeudi soir une vaste offensive avec le soutien de la Russie. Cette opération comprend «un volet aérien et un volet terrestre avec utilisation de l'artillerie», a précisé le responsable militaire. Les aviations syrienne et russe ont multiplié les raids sur les quartiers rebelles, tuant au moins 150 personnes, présumés des civils, selon l'OSDH, et provoquant d'énormes destructions. Hier, le nombre de frappes a d'abord été nettement plus faible que les jours précédents avant de reprendre dans l'après-midi, selon l'AFP. Elles ont fait au moins 11 morts, a rapporté l'OSDH. Parmi ces victimes, figurait une fillette de cinq ans. Lorsque les sauveteurs ont réussi à le dégager, son père s'est effondré, a pris la dépouille et a refusé de la rendre en répétant: «elle est juste en train de dormir, elle est juste en train de dormir». A ses côtés, un homme regardait les ruines d'un air hébété. Il vivait au deuxième étage et ne sait pas ce qu'est devenue sa famille. Les pays occidentaux ont continué hier à dénoncer avec force l'offensive lancée après l'échec de la trêve des combats initiée par Moscou et Washington, qui n'a finalement duré qu'une semaine. «Les effroyables attaques sur Alep sont moralement totalement inacceptables et une violation flagrante du droit international», a déclaré le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, en marge d'une réunion des ministres de la Défense de l'UE à Bratislava. La chancelière allemande Angela Merkel a pour sa part regretté «l'énorme pas en arrière de ces derniers jours» avec la violence «très, très brutale» qui est «clairement dirigée contre la population civile» à Alep. «C'est clairement au régime Assad et à la Russie de prendre une initiative pour redonner une chance au cessez-le-feu et à l'aide humanitaire», a-t-elle ajouté. Moscou avait vivement critiqué lundi le «ton et la rhétorique inadmissibles» des Occidentaux. Ces derniers ont notamment lancé des accusations de «crimes de guerre» à l'encontre de la Russie en raison de l'utilisation présumée à Alep d'armes sophistiquées, normalement destinées à viser des cibles militaires, contre des zones densément peuplées, comme des bombes antibunker, incendiaires et à fragmentation. Cette offensive a encore aggravé les conditions de vie des quelque 250.000 habitants qui sont totalement assiégés dans les quartiers rebelles d'Alep. Ils ne reçoivent plus d'aide de l'extérieur depuis pratiquement deux mois et sont privés d'eau depuis samedi. Les hôpitaux de campagne sont débordés en raison du grand nombre de blessés et manquent cruellement de médicaments et de réserves de sang. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti hier que les installations médicales dans l'est d'Alep étaient au bord d'«une destruction totale». Elle a appelé «à l'établissement immédiat de couloirs humanitaires pour évacuer les malades et les blessés».

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha