Prévisions pour le 23 Juillet 2018

 Adrar Min 30 °C Max 45 °C
32
 Laghouat Min 26 °C Max 40 °C
34
 Batna Min 21 °C Max 33 °C
30
 Biskra Min 30 °C Max 45 °C
30
 Tamanrasset Min 23 °C Max 36 °C
32
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 29 °C
30
 Saïda Min 20 °C Max 36 °C
34
 Annaba Min 23 °C Max 30 °C
47
 Mascara Min 20 °C Max 32 °C
34
 Ouargla Min 32 °C Max 46 °C
32
 Oran Min 23 °C Max 28 °C
30
 Illizi Min 25 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 29 °C Max 44 °C
30
 Khenchela Min 21 °C Max 32 °C
30
 Mila Min 21 °C Max 32 °C
30
 Ghardaïa Min 30 °C Max 44 °C
32
Accueil |Internationale |

PROCESSUS POLITIQUE EN LIBYE

Les partisans de l'ancien régime peuvent être inclus

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a estimé vendredi soir que les partisans de l'ancien régime pouvaient participer au processus politique, et a demandé à tous les pays impliqués dans le dossier d'agir sous le parapluie de l'ONU. «Les élections (parlementaires et présidentielle) qui sont le point d'arrivée du processus doivent être ouvertes à tout le monde», a souligné M.Salamé dans une interview à la chaîne de télévision France 24. «Je veux que l'accord politique ne soit pas la propriété privée de tel ou tel. Ça peut inclure Saïf al-Islam (le fils de feu le colonel El Gueddafi), ça peut inclure les partisans de l'ancien régime que je reçois ouvertement dans mon bureau», a ajouté l'émissaire onusien. Interrogé sur la participation des «islamistes», il a fait valoir qu'il s'agissait d'une «famille très large». «Si vous parlez des groupes violents, ils ne veulent pas jouer le jeu démocratique. Eux-mêmes s'excluent du jeu», a-t-il dit. Ghassan Salamé, qui a pris ses fonctions en juillet, a présenté cette semaine sa feuille de route pour la Libye, plusieurs étapes institutionnelles avant d'arriver à des élections générales, «peut-être à l'été», a-t-il précisé. «Il faut créer les conditions pour ces élections, qu'on sache comment élire un président et quel pouvoir lui donner», a nuancé M.Salamé.
«Première étape, on a besoin d'une loi électorale. Il n'y a jamais eu d'élection présidentielle en Libye. Il y a des questions à régler. Elire, c'est bien. L'émissaire de l'ONU a également diplomatiquement mis en garde contre les initiatives non concertées émanant de pays préoccupés par le dossier libyen. «J'espère qu'on reconnaîtra à l'ONU la primauté et que les initiatives qui se font de part et d'autre conflueront vers l'ONU. On ne peut pas interdire à un Etat membre de vouloir jouer le médiateur à droite ou à gauche, mais il faut que ce soit sous le parapluie de l'ONU», a-t-il souligné.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha