Accueil |Internationale |

COLOMBIE-GUÉRILLA

Cessez-le-feu avec l'ELN

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'ELN, dernière guérilla de Colombie, a indiqué samedi soir que le cessez-le-feu temporaire, annoncé début septembre par le gouvernement, serait en vigueur du 1er octobre jusqu'au 9 janvier. Le président colombien Juan Manuel Santos avait dans un premier temps indiqué que cet accord serait en vigueur jusqu'au 12 janvier, puis serait prolongé en fonction des négociations de paix. Le cessez-le-feu avait été annoncé peu avant la visite du pape François en Colombie. Mais l'accord conclu à Quito, dans le cadre des pourparlers tenus par les deux parties, «dit que le cessez-le-feu bilatéral doit se terminer le mardi 9 janvier 2018», a indiqué l'ELN (Ejercito de Liberation Nacional, Armée de libération nationale) dans un communiqué. Selon cet accord pour une fin temporaire des hostilités, les enlèvements et les attaques contre les infrastructures pétrolières doivent cesser. Le cessez-le-feu sera vérifié par un comité composé de représentants de l'ONU, du gouvernement, des rebelles et de l'Eglise catholique. La prochaine phase des discussions, accueillies par l'Equateur à Quito, démarrera le 23 octobre. Par ailleurs, l'ex-guérilla des Farc a demandé pardon samedi à des centaines de victimes à Granada, un village du nord-est de la Colombie violemment touché par le conflit armé. «Nous voulons demander pardon, avec des actions de paix concrètes, pour la douleur que nous avons causée», a déclaré Pastor Alape, dirigeant du nouveau parti politique issu de l'accord de paix signé en novembre entre le gouvernement et la rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Outre la reconversion de la guérilla en parti politique légal, cet accord a permis le désarmement d'environ 7000 guérilleros.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha