Accueil |Internationale |

PRÉSENTANT SON «PROJET-CLÉ» DE REFONDATION DE L'EUROPE

Macron plaide pour une Europe tournée vers l'Afrique et la Méditerranée

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

Face au défi causé par le Brexit du Royaume-Uni et au risque d'une perte de consistance, le président français Emmanuel Macron a plaidé mardi à Paris pour la refondation d'une Europe «souveraine, unie et démocratique», tournée vers l'Afrique et la Méditerranée.

«Face aux grands défis de notre temps, la défense et la sécurité, les grandes migrations, le développement, le changement climatique, la révolution numérique, la régulation d'une économie mondialisée, les pays européens ont-ils trouvé les moyens de défendre leurs intérêts et leurs valeurs, de garantir et d'adapter leur modèle démocratique et social unique au monde? Peuvent-ils relever seuls chacun de ces défis», s'est-il interrogé dans un discours prononcé à la Sorbonne. Pour le chef d'Etat français, les pays européens ne peuvent plus se permettre de «garder les mêmes politiques, les mêmes habitudes, les mêmes procédures, le même budget, ni choisir la voie du repli national». Pour que l'Europe soit souveraine, il propose «six clés». Une Europe qui garantit la sécurité dans toutes ses dimensions, qui répond au défi migratoire, tournée vers l'Afrique et la Méditerranée, un modèle du développement durable, celle de l'innovation et de la régulation adaptées au monde numérique et, enfin, une puissance économique et monétaire. En matière de défense, le président français propose la mise en place d'une force commune d'intervention, d'un budget de défense commun et d'une doctrine commune pour agir. Dans le cadre de la lutte antiterroriste, il recommande le rapprochement des capacités de renseignement des pays membres en créant une Académie européenne du renseignement. Au sujet du défi migratoire, Emmanuel Macron demande aux pays européens de «réer un espace commun des frontières, de l'asile et des migrations, pour maîtriser efficacement nos frontières, accueillir dignement les réfugiés, les intégrer réellement et renvoyer rapidement ceux qui ne sont pas éligibles au droit d'asile». Dans sa vision, l'Europe doit inscrire parmi les priorités de sa politique extérieure la Méditerranée et l'Afrique. «Elle doit développer un nouveau partenariat avec l'Afrique, fondé sur l'éducation, la santé, la transition énergétique», a-t-il dit, soulignant qu'elle doit être «le chef de file d'une transition écologique efficace et équitable». C'est une Europe qui jouit d'une puissance économique et monétaire que souhaite le chef d'Etat français, soutenant qu'elle doit «se doter des instruments qui en feront une zone de croissance et de stabilité». «Nous devons encourager la convergence au sein de toute l'Union en fixant des critères qui rapprochent progressivement nos modèles sociaux et fiscaux», a-t-il dit, précisant que sur le plan social, «il faut garantir à tous un salaire minimum, adapté à la réalité économique de chaque pays, et encadrer la concurrence par les niveaux de cotisations sociales». Dans sa feuille de route, il inscrit des débats nationaux et locaux pendant six mois qui seront organisés en 2018 dans tous les pays de l'UE volontaires. Pour l'année 2019, il prévoit la création de listes transnationales qui «permettent aux Européens de voter pour un projet cohérent et commun», avec un élargissement progressif de l'UE aux pays des Balkans occidentaux. Sous l'impulsion franco-allemande, il souhaite intégrer, d'ici à 2024, totalement les marchés en appliquant les mêmes règles aux entreprises européennes, du droit des affaires au droit des faillites.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha