Prévisions pour le 18 Juillet 2018

 Adrar Min 32 °C Max 45 °C
34
 Laghouat Min 25 °C Max 41 °C
30
 Batna Min 21 °C Max 37 °C
34
 Biskra Min 26 °C Max 41 °C
34
 Tamanrasset Min 23 °C Max 33 °C
32
 Tlemcen Min 20 °C Max 31 °C
34
 Alger Min 21 °C Max 33 °C
34
 Saïda Min 23 °C Max 39 °C
34
 Annaba Min 20 °C Max 29 °C
32
 Mascara Min 16 °C Max 33 °C
32
 Ouargla Min 31 °C Max 43 °C
34
 Oran Min 22 °C Max 26 °C
34
 Illizi Min 26 °C Max 40 °C
32
 Tindouf Min 27 °C Max 43 °C
34
 Khenchela Min 20 °C Max 38 °C
34
 Mila Min 17 °C Max 41 °C
34
 Ghardaïa Min 31 °C Max 42 °C
28
Accueil |Internationale |

EXPULSION «SOMMAIRE» DES RÉFUGIÉS SYRIENS

La Jordanie au banc des accusés

Taille du texte : Decrease font Enlarge font

L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a dénoncé hier «le renvoi sommaire» par la
Jordanie de réfugiés syriens dans leur pays en guerre en dépit des risques qu'ils encourent. «La Jordanie a expulsé collectivement des groupes de réfugiés (...) et a ignoré les réelles menaces auxquelles font face ces personnes à leur retour en Syrie», a déploré le directeur de HRW pour les droits des réfugiés, Bill Frelick, dans un rapport rendu public hier. Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme dont le siège est à New York, les autorités jordaniennes ont expulsé mensuellement environ
400 réfugiés au cours des cinq premiers mois de cette année. HRW relève que ces renvois collectifs ont augmenté après les attaques
subies par les forces de sécurité jordaniennes notamment en 2016 et revendiquées par le groupe terroriste «Etat islamique» (EI/Daesh). Mais elle souligne que les autorités «n'ont fourni aucune
preuve sur l'implication présumée des expulsés» dans ces agressions. La Jordanie, voisine de la Syrie, accueille plus de 650 000 réfugiés syriens selon le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). Ils sont
1,3 million, selon Amman. HRW a appelé la Jordanie à cesser les expulsions collectives, mais elle a aussi enjoint les autres pays
«à généreusement aider» Amman pour accueillir ces personnes fuyant la guerre. Dans une réaction, le ministre d'Etat à l'Information et porte-parole du gouvernement jordanien, Mohammed
al-Momeni, a réfuté «les accusations contenues dans ce rapport». «Nous souhaitons que les organisations
(internationales) traitent les questions en rapport avec la souveraineté (de l'Etat jordanien) avec plus de rigueur», a-t-il ajouté.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha