Accueil |Internationale |

RETOUR À LA CONSTITUTION DE 1992

Marée humaine dans les rues du Togo

Taille du texte : Decrease font Enlarge font
Manifestation monstre au Togo, jeudi, réclamant le retour de la Constitution de 1992 et le départ du chef de l'EtatManifestation monstre au Togo, jeudi, réclamant le retour de la Constitution de 1992 et le départ du chef de l'Etat

Des milliers de personnes ont manifesté jeudi dans les rues de Lomé, à l'appel des partis d'opposition, pour exiger le retour à la forme intégrale de la Constitution de 1992 et le départ du chef de l'Etat Faure Gnassingbé. La manifestation fait suite à celle de mercredi qui a drainé, une marée humaine dans les rues de la capitale togolaise pour le même objectif. Jeudi, des artères de la ville de Lomé et de certaines banlieues ont renoué avec des barricades faites d'objets divers, rendant difficile le trafic pour les véhicules. En des endroits, l'atmosphère est surchauffée et des rues sont devenues des théâtres d'échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre. «On veut un véritable changement et une alternance autre que ce qui nous est servi jusqu'ici», «les réformes, c'est maintenant ou jamais», sont autant d'expressions de colère des manifestants. Mercredi, Tikpi Atchadam, le président du Parti national panafricain (PNP-opposition), indiquait la conclusion jeudi de la mobilisation populaire. «Nous devons conclure la lutte et c'est le moment ou jamais», avait-il dit devant des militants, estimant que le pouvoir en place ne pourra pas étouffer le changement recherché si la mobilisation est générale. Dans ce climat, la Cedeao, l'UA et l'Unowas ont appelé, dans un communiqué conjoint mercredi, tous les acteurs politiques togolais à poursuivre le dialogue sur la question des réformes «de manière pacifique, conformément aux aspirations légitimes du peuple togolais». «Les trois organisations demandent à tous les acteurs de faire preuve de retenue afin de préserver la paix et la cohésion dans le pays car le Togo est leur patrimoine commun», ont-elles souligné dans le communiqué. D'un autre côté, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) entend dépêcher au Togo une délégation de haut niveau que conduira Aichatou Souleymane Mindaoudou pour discuter avec les différents acteurs politiques.
Mme Mindaoudou a une bonne connaissance de la crise politique au Togo pour avoir intervenu dans l'apaisement du climat socio-politique en 2005. La crise était consécutive à l'arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir, avec la bénédiction des hauts gradés des Forces armées togolaises (FAT) après le décès le 5 février de la même année de son père Gnassingbé Eyadèma au pouvoir d'avril 1967 à février 2005. Le chef de file de l'opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, leader de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), fustige la venue annoncée de Mme Mindaoudou qu'il estime moins qualifiée pour sa médiation dans la crise actuelle.

Suivez ces commentaire via le flux RSS Réactions (0)

total :| Affiché :

Réagir à cet article

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha